LE VERBE

06 avril 2017

les valeurs du conditionnel

 

Los cinco valores del condicional en español y su comparación con el francés

Carolina Foullioux.

Universidad Autónoma de Madrid

Departamento De Filología Francesa

carolina.foullioux@uam.es

 

La forma verbal « condicional » da lugar a varias interpretaciones: En español existen 5 tipos de condicional: el condicional temporal, el condicional hipotético, el condicional de alteridad, el condicional de atenuación  y el condicional epistémico de probabilidad (que no existe en francés). Estos diferentes valores producen efectos discursivos distintos y expresan puntos de vista y posicionamientos del locutor con respecto de lo que dice, y, en su caso, con respecto a quien lo dice.

Al producir un enunciado, el locutor representa, entre otras cosas, su propio saber o no saber en cuanto a la existencia del proceso se refiere, y, en caso de no saber, sobre las posibilidades de existir que tiene  el proceso.

Esta representación epistémica tiene por resultado la elección de un modo[1]. Este se fija en función de los parámetros saber/no saber, existir/no existir  y deber epistémico/ poder epistémico/ parecer. El tiempo incide sobre el modo puesto que el locutor no posee el mismo saber sobre un proceso que aún no se ha realizado que sobre un proceso que ya ha tenido lugar o está teniendo lugar.

            El  modo real indica que el locutor sabe que el proceso ha existido o existe: Ayer vi a Pedro/ Tienes fiebre. El modo realizable indica que el locutor prevé la existencia de un proceso en lo posterior: Maria pasará las Navidades en Madrid (realizable por venir)/Si vinieras esta tarde iríamos al cine (realizable potencial). El modo irreal indica por su parte que el locutor sabe que el proceso no ha existido/no existe/no existirá: Sin ti no sería feliz. .Entre los modos derivados del no saber  el probable y el posible indican que el locutor evalúa las posibilidades que tiene el proceso de existir e infiere una conclusión: Habrá llovido esta noche (probable)/puede que vaya a llover (posible). Para concluir, el modo aparente indica que el locutor no asume lo dicho y que reenvía a otra instancia de enunciación: Según dicen, hay huelga de controladores. Esta representación del modo se puede esquematizar de la manera siguiente:         

 

                                                   MODO                                                       TIEMPO

 
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                       

 

 

 

 

            El condicional  es una forma que tiene la particularidad de poder aparecer, como marcador de variopintos procedimientos, en enunciados como:

 

(1)   En 1950, tras el desastre, Julio volvería a su pueblo. (modo real, condicional temporal)

(2)   Querría pedirte un favor. (modo real, condicional de atenuación)

(3)   Si te sacaras el carné compraríamos un coche. (modo realizable, condicional hipotético)

(4)   Si hubiese tenido tiempo habría terminado. (modo irreal, condicional hipotético)

(5)   Ese niño  tendría unos diez años cuando lo adoptaron. (modo probable, condicional epistémico)

(6)   Según la prensa, el atentado no habría causado víctimas. (modo aparente, condicional de alteridad)

 

Con el fin de poder aislar los diferentes valores del condicional y de sus efectos discursivos, se recurre  al uso de  paráfrasis para aislar el mecanismo específico desencadenado por  cada uso del condicional; se trata de decir lo mismo con otras palabras, para intentar “analizar lo mas finamente posible las relaciones semánticas que unen las paráfrasis entre si” (Fuchs, 1982: 18); véanse los ejemplos siguientes:

       (7a) Deberías pagar esta multa.    

       (7b) Si hicieses lo que hay que hacer, pagarías esta multa.

(7c) tu-ahora-no-hacer-lo-que-hay-que-hacer

(7d) tu-ahora-no-pagar-esta-multa

       el ejemplo (7a) admite la paráfrasis (7b) que permite aislar los puntos de vista subyacentes (7c) y (7d). Se parte, siguiendo a Haillet (2004c:8) de los conceptos de  discurso  como “agencement de représentations”  y de enunciado como  “representación de por lo menos un punto de vista sobre el objeto correspondiente” y se acepta, siguiendo a Tejedor (2005) que un punto de vista es una “representación discursiva de un proceso” (entendiéndose por proceso tanto acción como estado).  Al no ser “enunciados”, y para diferenciarlos formalmente, se representan  los puntos de vista subyacentes en cursiva y con guiones.

 

  1. El condicional temporal

 

 

Con el uso del condicional temporal, el locutor sitúa la realización del proceso en un momento del pasado y como perteneciente a la realidad: lo representa como anterior al momento de la enunciación  (Nunc) y, simultáneamente, en un momento posterior con respecto de otro proceso, y por esta razón se le llama postanterior o futuro del pasado.

El condicional temporal admite -siempre y exclusivamente- la paráfrasis iba a + infinitivo (= allait + infinitif) y rechaza la conmutación con el presente del indicativo, el pretérito perfecto así como la paráfrasis en todo me indica que+ pretérito perfecto.

 

(8)- Así vivía Bagdad anoche, poco después de que empezase el ayuno del Ramadán, su cuarta jornada de bombardeos, la más devastadora de todas. Los iraquíes confiaban en que la llamada del muecín que anuncia el inicio del ayuno islámico supondría el fin de los ataques. Horas después, (...). (El País, 20-XII-1998, p. 1)

 

Supondría (= signifierait) à iba a suponer (= allait signifier).

Tiempo postanterior, modo real,

 

(9)-Se trata de Hillary Rodham Clinton, la esposa del presidente, de la que desde el día de su llegada a la Casa Blanca en 1992 ya se sospechaba que acabaría entrando en la historia, pero por su propio pie. (El País, 20-XII-1998, p.2).

 

à iba a acabar entrando (=allait  finir par entrer)

 

(10)-Yo lo invité a cenar y me dijo que lo pensaría. Llamó días más tarde (…).  (El País, 20-XII- 1998, p. 16).

 

 à lo iba a pensar (=allait y penser)

 

El condicional de los ejemplos precedentes es el resultado de una transposición de supondrá, acabará entrando, lo pensaré respectivamente. La posterioridad en el pasado se establece con respecto al verbo de la principal. Se trata de un tiempo postanterior.

 

(11)- Fue una noche, sentado tranquilamente bajo un árbol cuando experimentó el despertar que habría de sacarlo para siempre de las tinieblas. » (Pedro Molina Temboury (2000): Viaje por los dos Tibet, Aguilar, p.172

 

à iba a sacarlo (allait le tirer)

à debía de sacarlo (devait le tirer)

à lo ha sacado (l’a tiré)

 

En el ejemplo (11), el condicional habría de sacarlo (= devait le tirer) es una forma específica del español que presenta un efecto de sentido de postanterioridad y que admite la paráfrasis iba a sacarle (= allait le tirer). Haber de + infinitivo es una perífrasis equivalente à tener que + infinitivo o deber + infinitivo que marcan lo ineluctable. Se trata de un uso, propio del  relato, del condicional temporal que marca el efecto de sentido del locutor «qui connaît la suite » (Dendale citado en Haillet 2000), es decir del narrador que significa que sabe como prosigue la historia.

No hay, en nuestro corpus de mas de mil doscientos ejemplos sacados fundamentalmente del diario El  País, ningún uso de condicional temporal “compuesto”, es decir que admita la paráfrasis  iba a + infinitivo pasado (allait + infinitif passé).

 

 

2. El Condicional hipotético

 

El condicional hipotético aparece en las estructuras de tipo prótasis + apódosis  (o equivalentes: ver ejemplos (16), (17), (18)) es decir en enunciados formulados en modo irreal o en modo realizable potencial.

 

2.1-El condicional Hipotético Irreal

 

El modo irreal indica que el locutor se representa como sabiendo  que el proceso no ha existido (irreal anterior), no existe (irreal actual) o no existirá (irreal posterior). Con la prótasis crea un marco imaginario anterior o actual  cuya  presentación imposibilita la realización del proceso de la apódosis. Este tipo de enunciados  le permite al locutor posicionarse con respecto de lo que dice e  incluso realizar algún comentario implícito.

      El condicional de los enunciados en modo irreal anterior (ej.12) impone dos puntos de vista subyacentes[2] (12a) y (12b), correspondientes respectivamente a la prótasis y a la apódosis, en pretérito perfecto/indefinido + cambio de polaridad:

 

(12) Si hubiese venido no te habrías puesto a llorar.

(12a)PVS-1 Él-no-vino (él-no-ha-venido)

(12b) PVS-2 te-pusiste-a-llorar.(te-has-puesto-a-llorar)

 

Los puntos de vista subyacentes de un enunciado en modo irreal actual, suelen estar ambos en presente + cambio de polaridad ((13a) y (13b)), aunque puede darse el caso del punto de vista subyacente correspondiente a la  prótasis en pretérito  (14a) y al de la apódosis  en presente (14b): 

           

            (13) Si no hubiese coches, Madrid sería un paraíso

            (13a) Hay-coches-en-Madrid

(13b) Madrid-no-es-un-paraíso

 

(14) Si no me hubiera defendido estaría en el paro

(14a) Me-defendí

(14b) No-estoy-en-el-paro

 

            En cuanto al punto de vista subyacente correspondiente a la apódosis de un enunciado en modo irreal posterior, (15a) y (15b) está en futuro + cambio de polaridad. Es bastante raro encontrar un enunciado irreal posterior  puesto que en un tiempo posterior se suelen ubicar los procesos realizables, es decir aún  por realizar mientras que los procesos claramente imposibles suelen pertenecer, como se acaba de ver, a la realidad, o sea al pasado y al presente del locutor;

           

(15) Si no lo hubieran asesinado cumpliría 20 años mañana

            (15a) lo-han-asesinado

(15b) no-cumplirá-20-años-mañana

           

            En español, resulta muy habitual encontrar condicionales hipotéticos en estructuras que no presentan si + subjuntivo en la prótasis. En cualquier caso siempre admiten una paráfrasis en si+ subjuntivo, como se puede apreciar en los siguientes ejemplos:

 

(16) -De haberte visto me habría parado

Paráfrasis: Si te hubiese visto me habría parado

PVS-1 No- te-ví

PVS-2 No-me-paré

           

(17) Sin coches Madrid sería un paraíso

Paráfrasis: Si no hubiese coches, Madrid sería un paraíso

PVS-1 Hay-coches-en-Madrid

PVS-2 Madrid-no-es-un-paraíso

 

            En algunos casos la estructura hipotética irreal carece totalmente de prótasis, y es de especial relevancia el hecho de que en este tipo de enunciados aparezcan sistemáticamente  los verbos modales deber o poder con valor deóntico:

 

(18) - Podrías haberte lavado las manos.

à No te has lavado las manos

 

En este enunciado  (18) observamos la presencia de poder deóntico, equivalente a tener la posibilidad/capacidad de. En  Foullioux (2003b) se propuso una reflexión sobre el efecto dóxico  creado por la utilización de una estructura tipo pouvoir/devoir deónticos en condicional + infinitivo en la que el proceso -en infinitivo- queda representado en modo irreal, es decir como no perteneciente a  su realidad. Es el caso, por ejemplo, de  podrías haberte lavado las manos antes de sentarte a comer/Tu aurais pu te laver les mains avant de passer à table. Presentan  ambos enunciados, tanto en francés como en español, un punto de vista subyacente con polaridad inversa al enunciado de superficie, a saber no te has lavado las manos antes de sentarte a comer/Tu ne t’es pas lavé les mains avant de passer à table.

Observamos  también que, tanto en francés como en español, cuando un enunciado presenta  devoir/pouvoir deóntico en condicional + infinitivo se produce automáticamente la desaparición de la prótasis. Así pues un enunciado como  (19)

 

(19) Deberías haber llamado a tu madre para su cumpleaños

Paráfrasis: Si hubieses/ras hecho lo que tenías que hacer, hubieses/ras sacado al perro

PVS-1 no-has-hecho-lo-que-tenías-la-obligacion-de-hacer

PVS-2 no-has-llamado-a-tu-madre-para-su-cumpleaños

 

admite siempre una paráfrasis en si + pluscuamperfecto (del subjuntivo en español y del indicativo en francés) + condicional compuesto en el caso del modo irreal pasado, y, en el caso del modo irreal actual en si + imperfecto (subjuntivo en español e indicativo en francés) + condicional simple.

Deber y poder no aparecen en la paráfrasis, y este fenómeno se debe a que la utilización de estos deónticos en condicional convierte en redundante la prótasis: no suele ser necesario recordar la norma social por las que nos regimos, en este caso la norma asociada a poder “cuando se puede hacer algo hay que hacerlo” o a deber “cuando se tiene la obligación de hacer algo hay que hacerlo”. Estos enunciados suponen un distanciamiento por parte del locutor frente a los puntos de vista subyacentes y al reproche implícito que conllevan: son casos típicos de atenuación:

 

(20) Milosevic es tan inaceptable para los serbios no nacionalistas como para todos los albanokosovares y la comunidad internacional. Pero, a estas alturas, la historia y sus interminables venganzas ya nos deberían haber demostrado que la peor de las alternativas ante un conflicto es casi siempre militar. El País, 14-IV-1999, p. 18.

à no han demostrado (= n’ont pas démontré)

à tenían que haber demostrado (reproche)

 

(21) La herencia del monopolio Repsol, Cepsa y Petromed (hoy BP España). Y dijo más: “Creo sinceramente que no se hizo bien y que tendría que haberse escindido también el monopolio del butano”. El País, 21-IV-1999, p. 58.

 

à no se ha escindido (ne s’est pas défait)

à tenían que haberse escindido (reproche) 

Nótese   la forma española condicional + infinitivo pasado mientras  que la forma equivalente francesa es condicional pasado + infinitivo. 

 

à no se despidió con educación (il n’a pas pris congé)

à tenía que haberse despedido con educación

à crítica :  es un grosero, no ha respetado las normas de educación.

 

2.2-El condicional Hipotético  Potencial

 

Cuando el locutor concibe la realización de un proceso en modo potencial, lo ubica siempre en un  momento posterior al momento del habla y lo presenta como resultado de una previsión  El hecho de situar la realización de proceso en el « por venir » le libera de cualquier tipo de responsabilidad frente a lo dicho que no es ni verdadero ni falso y no pertenece a la realidad

El modo potencial indica que el locutor sabe que el proceso aún no existe y que su realización no depende solo del paso del tiempo sino también de la realización previa de una condición.   La estructura típica de estos enunciados es prótasis + apódosis. La operación mental que realiza el locutor es una inferencia relativamente simple: si AàB sin confrontarla con otras conclusiones posibles B’, B’’ etc.… Los enunciados en modo potencial no admiten paráfrasis.

 

 (22) Personalmente, si voy a vivir hasta los 115 años, preferiría poder alargar mi vida activa por encima de los 65. El País, 26-I-1999, página 11. (= si je vais vivre à je préférerais)

 

Se observa una graduación del potencial, tanto en francés como en español: presente + presente, presente + futuro, imperfecto (subjuntivo en español e indicativo en francés) + condicional simple. Se ve más cercano de la realidad un potencial en presente + presente (23) que uno en imperfecto + condicional (25).

 

(23) Si vienes esta tarde, vamos al cine. (Si tu viens ce soir, nous allons au cinéma.)

(24) Si vienes esta tarde, iremos al cine. (Si tu viens ce soir, nous irons au cinéma.)

(25) Si vinieras esta tarde, iríamos al cine. (Si tu venais ce soir, nous irions au cinéma.)

 

 

El locutor plantea un marco imaginario en el futuro que permitirá la realización del proceso de la apódosis. La diferencia fundamental es la elección entre el indicativo y el subjuntivo en la prótasis puesto que está mucho más comprometida la realización de un proceso en subjuntivo.

 

           

3. El Condicional de alteridad o periodístico

 

            El condicional de alteridad, también llamado periodísticoadmite siempre una paráfrasis en pretérito o presente + por lo visto según sea anterior o actual (passé composé o présent + paraît-il) e indica que el locutor no asume lo dicho y reenvía a otra instancia de enunciación. Las marcas del modo de alteridad son -a parte del condicional- gráficas (:, «  ») y léxicas (según, al parecer, por lo visto,…, aducir, afirmar, decir, sugerir, sostener, insinuar, adelantar, … + que)

En español, el modo de alteridad anterior viene marcado por el condicional pasado y resulta mucho menos probable encontrarlo solo -es decir sin marcas de alteridad adicionales (léxicas o gráficas) - en español que en francés donde es relativamente habitual encontrarlo solo:

 

(26) Es difícil cuantificar el seguimiento del paro convocado por los firmantes de Estella contra lo que consideran “inmovilismo” de los no firmantes. Pero aunque los participantes hubieran sido el doble de lo que alguno de esos convocantes pretenden, no por ello hubiera dejado de ser una iniciativa absurda. El móvil inicial de la misma habría sido protestar por las detenciones de etarras en Francia. El País, 13-IV-1999, página 16.

 

à por lo visto ha sido (= a été paraît-il)

 

Este enunciado constituye un ejemplo de la posibilidad que tiene  el locutor de añadir un comentario. El calificativo absurda muestra hasta que punto el locutor se distancia del punto de vista subyacente-l atribuido a otra instancia de enunciación; de esta forma expresa su desacuerdo con respecto de dicho punto de vista, y se distancia al máximo de él. En los ejemplos siguientes,   se puede observar la utilización típica del condicional pasado al que se añaden otras marcas de modo de alteridad:

 

(27) Más de 100 personas habrían sido asesinadas en una matanza a manos de los soldados rebeldes los que combaten cerca de Kamituga, en la región congoleña de Kivu Sur, según denunció ayer la agencia misionera católica Misna, con sede en Roma. El País, 15-III-1999, página 13.

à por lo visto han sido asesinadas (= ont été assassinées paraît-il)

 

(28) Su dimisión habría sido una maniobra para evitar la moción de censura; no quiero pensar en tal maquinación, insinuó. El País, 17-III-1999, página 2.

à por lo visto ha sido (= a été paraît-il)

 

            El ejemplo siguiente presenta dos efectos: la marca de modo de alteridad léxica según y el tiempo postanterior indicado por el condicional temporal conducirían  que admite la paráfrasis iban a conducir.

 

(29) En diciembre de 1919 se publicó uno de los libros más influyentes del mundo. Las consecuencias económicas de la paz, de Jonh Maynard Keynes. El texto del Tratado de Versailles, firmado pocos meses antes, que había dictado unas reparaciones de la guerra para Alemania que, según el autor, conducirían a otra conflagración, más temprano que tarde. Keynes escribió contra la forma en que el tratado, lejos de corregir los daños causados por la guerra en el delicado mecanismo económico con el que los pueblos  europeos habían vivido hasta 1914, había consumado la deconstrucción. El País, 5-IV-1999, página 11.

à por lo visto iban a conducir (= allaient conduire paraît-il)

 

            El modo de alteridad actual viene marcado por un condicional simple y admite la paráfrasis por lo visto + presente acompañado sistemáticamente por otra marca. Mientras que en francés  (cf. Haillet, 1995 et 1998a) un condicional puede, él solo, reenviar a otra instancia de enunciación, en español se necesita recurrir a una marca léxica complementaria:

 

(30) Fuentes financieras interpretan que el BBV teme que un hipotético fracaso de la OPA de BNP pueda provocar que la artillería pesada de los franceses apunte contra el banco español. El BBV estaría tratando, pues, de conocer de primera mano las intenciones de Axa. El País, 17-III-1999, página 65.

à por lo visto está tratando (= essaie paraît-il)

 

            En principio nada impide que exista la alteridad posterior, pero es extremadamente raro encontrarla. La necesidad de distanciarse con respecto de una aserción sobre un hecho pasado o actual es muy comprensible, puesto que, al poder ser verdadera o falsa, es susceptible de justificación o de refutación. Sin embargo el locutor no tiene  -tanta- necesidad de distanciarse respecto de una previsión, o hecho futuro, que aún no pertenece a la realidad luego es difícilmente refutable. En cualquier caso el condicional es simple, y la posterioridad viene marcada léxicamente por un adverbial:

 

            (31) Según la agencia EFE, el presidente saldría mañana para Londres. (Selon l’agence EFE, le président partirait demain pour Londres.

 

4. El Condicional de atenuación

 

El condicional de atenuación impone un punto de vista subyacente en presente de indicativo tanto en francés como en español.

 

(32) Buenos días querría una barra de pan (Bonjour je voudrais une baguette)

            PVSà quiero-una-barra-de-pan (je-veux)

La atenuación es un procedimiento de modalización[3] en tanto en cuanto expresa una actitud particular del locutor; se puede decir que es “una subcategoría de la modalización intersubjetiva que tiene por efecto que se le atribuya al  locutor del enunciado la voluntad de restringir  el alcance de lo dicho” (Foullioux:2005a)

Atenuar (M. Moliner: 2002) es “(2ª): Hacer menor o hacer parecer menor la intensidad, violencia o gravedad de una cosa”. Consiste efectivamente en hacer parecer menos fuerte una expresión lingüística pero sin hacerla menos fuerte.

Cuando la marca de atenuación es puramente verbal, el efecto atenuante depende entre otros elementos[4] del tiempo, del modo y del léxico escogido. En el caso que nos ocupa el efecto  atenuante viene marcado por el condicional. El locutor recurre a la producción de un enunciado en el que el/los proceso(s)[5] aparece(n) sistemáticamente desactualizado(s) o ajeno(s) a  su realidad.

Un proceso contemporáneo al momento del habla se suele  representar, tanto en español como en francés con el presente del indicativo,  es decir actualizado: Buenos días, quiero una barra de pan. Ahora bien, si se representa con otra forma como, por ejemplo, un condicional como en Buenos días, querría una barra de pan será interpretado como desactualizado. En cuanto al  concepto de “realidad del locutor”, valga la explicación propuesta por Haillet (2002,7-8) “diremos que la realidad del locutor está constituida por aquello que su discurso representa como hechos contemporáneos y/o anteriores al momento de la enunciación”.

Según Foullioux & Tejedor (2004: 112, sig.), la descripción de los mecanismos de rodeo que desencadena el uso del condicional de atenuación consiste en interpretar el enunciado como lugar en el que se inscriben  -por lo menos- dos puntos de vista distintos sobre el proceso. Al punto de vista formulado en condicional simple le corresponde un punto de vista subyacente en presente del indicativo. Paralelamente, el uso del condicional de atenuación produce un determinado tipo de efecto discursivo, así pues,(33) es una petición educada mientras que (34) es una crítica velada con petición educada. Si alguien dice “quisiera” conocer tu casa, se entiende perfectamente que quiere  -ahora- conocer la casa en cuestión, es decir que  se interpreta el punto de vista subyacente como actual y real. Esto se explica considerando que el punto de vista subyacente constituye un argumento que favorece una conclusión implícita del tipo “enséñamela”. Este encadenamiento se infiere de la norma socialmente admitida, según la cual “cuando se formula  un deseo, se espera que ese deseo se satisfaga”:

 

(33) Quisiera conocer tu casa. (Je voudrais connaître ta maison)

PVS: quiero-conocer-tu-casa (Je–veux-connaître-ta-maison)

Conclusión: enséñamela (montre-la moi)

 

El condicional simple  de atenuación impone -por lo menos- un punto de vista subyacente en presente del indicativo. En los casos en los que la forma verbal está en primera persona, el locutor-autor se distancia con respecto del punto de vista subyacente y representa el proceso como no perteneciente a su realidad en el momento de la enunciación, y ese efecto desrealizante es lo que le permite evitar que se le atribuya la paternidad de un punto de vista “agresivo”.Si el verbo aparece en forma impersonal como en  (34), tiene lugar un doble distanciamiento por parte del locutor:

 

(34) Dicho esto, sí convendría recordar al Gobierno español que estamos ante una tragedia inmensa que nos afecta a todos y que los españoles también tendremos que afrontar. (El País, 5-X-99, p. 10). (Ceci dit, il conviendrait de rappeler au gouvernement espagnol que nous sommes face à une immense tragédie qui nous touche tous et que nous, espagnols,  nous devrons affronter aussi.)

PVSJ1 à conviene-recordar-al-gobierno (Il- convient- de- rappeler)

PVSJ2 à  le-recuerdo-al-gobierno (Je-rappelle-au-gouvernement)

Conclusión: El gobierno debe actuar (Le gouvernement doit agir)

 

En (34) el locutor se sitúa a “doble” distancia del punto de vista subyacente le-recuerdo-al-gobierno. El primer distanciamiento lo  consigue recurriendo a la construcción impersonal, es decir evitando aparecer como objeto de su discurso, en primera persona: en vez de yo le recuerdo… (je rappelle) que podría interpretarse como muy agresivo y prepotente, la forma impersonal conviene recordar…  (il convient de rappeler) le atribuye el proceso de recordar a “otro”. El segundo distanciamiento viene marcado por el uso del condicional que desactualiza y desrealiza el proceso, con lo cual el reproche al gobierno no parece tan directo  como en conviene recordar…  (il convient de rappeler) . Esta estrategia discursiva permite disimular, es decir rechazar la paternidad  tanto de la crítica al gobierno que “aún no ha actuado” como de la conclusión implícita el gobierno debe actuar (Le gouvernement doit agir) que se puede inferir de la norma general admitida por la comunidad lingüística según la cual “se le recuerda algo a alguien para que pueda actuar en consecuencia”.

 

5. El condicional epistémico

 

El condicional epistémico es una marca, propia del español, de modo probable anterior, es decir que no sirve para expresar una probabilidad actual ni posterior. El efecto discursivo que deriva de su uso, equiparable al del futuro anterior epistémico, corresponde a una explicación presentada por el locutor como única válida.

El mecanismo o proceso mental de los modos que derivan del no saber se puede resumir de la manera siguiente: al no poder afirmar  que el proceso ha existido, existe o existirá, el locutor realiza una elección entre varias hipótesis cuyo resultado es una conclusión: conclusión que puede privilegiar entre otras posibles (modo posible) o bien conclusión que presenta como única válida (modo probable)  que corresponden respectivamente a los ejemplos  (35) y (36):

 

(35) Puede haber llovido (il a pu pleuvoir)

à Posible

 

(36) Debe de haber llovido. (il a dû pleuvoir)

à Probable

 

En español, las marcas verbales que expresan el modo probable son: la perífrasis modal deber de[6] (ej. 37), el futuro epistémico( ej.38) y el condicional epistémico (ej.39), mientras que el francés solo dispone de dos marcas: devoir epistémico y futuro epistémico. Los enunciados  en modo probable solo admiten la paráfrasis todo me indica que + pasado/presente/futuro. Y puesto que el condicional epistémico solo sirve para expresar una probabilidad anterior, la paráfrasis que se analizará es todo me indica que + pasado.

  Póngase por caso que Juan salía en tren de Valencia y tenía prevista su llegada a  Madrid a las ocho: llega el tren a la hora prevista pero Juan no aparece por el andén de la estación donde han ido ha buscarlo sus amigos ¿Por qué será?:

 

(37) Debe de haber perdido el tren. (Il a dû perdre le train)

à Todo me indica que perdió /ha perdido el tren

 

 (38) Habrá perdido el tren. (il aura perdu le train)

à todo me indica que perdió /ha perdido el tren

 

 (39) Perdería el tren. (il aura perdu le train)

 à todo me indica que perdió /ha perdido el tren

 

Obsérvese como estos tres enunciados parecen admitir la misma paráfrasis  “todo me indica que perdió /ha perdido el tren” (en francés tout m’indique qu’il a perdu le train), y sin embargo existen dos diferencias importantes.

 Por una parte hay un matiz que diferencia la probabilidad expresada por medio de  deber de de la probabilidad expresada por medio del futuro anterior o del condicional epistémicos: el mecanismo mental puesto en funcionamiento. Siguiendo el razonamiento que  (Dendale,1994: 33-34) realiza sobre la probabilidad en francés, se puede decir que el condicional y el futuro epistémicos aparecen en  enunciados que constituyen “una conclusión que se “impone inmediatamente a la mente del locutor sin que este tenga que  confrontarla con otras hipótesis . Deber, por el contrario,supone un recorrido mental con búsqueda y confrontación de hipótesis” (ibid.).

 Es decir que si el locutor expresa una probabilidad con deber, primero duda entre varias hipótesis (como podría ser ponerse enfermo, cambiar de opinión, despistarse, perder el tren, etc…), luego, con su conocimiento del mundo, desecha todas aquellas que no parecen adecuadas, y finalmente  infiere la única conclusión válida: perder el tren.

  Por su lado, tanto el futuro anterior epistémico como el condicional epistémico, le sirven al locutor para expresar una casi-certidumbre en cuanto a  la existencia de un proceso anterior que explica -sin duda alguna- una prótasis implícita (por ejemplo Si Juan no está aquí / Si Juan no salió de Valencia es/fue por qué…). Con este tipo de marca el locutor asume –sin contemplar otras posibilidades- que es la única explicación posible, o lo que es lo mismo, “presenta la explicación como una base para anular otras inferencias posibles…..indica que existe una razón de peso -que, por algún motivo, no se hace explícita, pero sobre la que no se admite duda-, que explica causalmente la afirmación contenida en el antecedente.” (Gramática descriptiva de la lengua española p.3675).

 Por otra parte, existe una diferencia entre la probabilidad  expresada por medio del condicional y la probabilidad expresada por medio del futuro. Ambos la ubican en un tiempo anterior al momento del habla, pero el uso del condicional  epistémico desactualiza el proceso en  tanto en cuanto la referencia temporal de la prótasis implícita no es el momento del habla  sino otro anclaje, no-ahora anterior al momento del habla. Mientras que en el caso del futuro epistémico la referencia temporal es el momento del habla, ahora. Véanse los ejemplos (40) y (41) donde se aprecia que la referencia temporal de la prótasis implícita es respectivamente actual (40) y anterior (41):

 

(40) (si Juan no está aquí)à por algo habrá sido/será

(41) (si Juan no salió de viaje)à por algo sería

 

Es decir que si se retoman los ejemplos, (38) y (39), se observa que -aunque sea anterior el proceso perder el tren en ambos casos-  no admiten exactamente la misma paráfrasis el futuro y el condicional epistémicos:

 

(38) Habrá perdido el tren. (il aura perdu le train)

à todo me indica que ha perdido el tren

 

 (39) Perdería el tren. (Il aura perdu  le train)

à todo me indica que perdió el tren

 

 

Esta diferencia de anclaje temporal, presente en cualquier caso  en el cotexto, es la que explica la existencia de una posible paráfrasis en imperfecto o pluscuamperfecto del indicativo: La paráfrasis de los enunciados (42), (43), y (44) en condicional presente / pasado epistémico es respectivamente: todo me indica que + imperfecto / pluscuamperfecto del ’indicativo (= tout m’indique que + imparfait / plus-que-parfait).

 

(42) Y ya me veis, hay que conformarse. No os preocupéis mucho por ese que pensabais amigo. No lo sería tanto. Guatarral, p.239

àtodo me indica que no lo era tanto

 

            En el siguiente ejemplo, el locutor focaliza lo bien fundado de su  explicación con el uso de cabe suponer:

 

(43)  En los casos más afortunados, los artistas más hábiles podían entrar en contacto con el soberano en persona y... escuchar las órdenes que luego debían plasmar en la piedra o en sus pinturas. Sin embargo, eso sucedía en contadas ocasiones. La mayoría de veces cabe suponer que se relacionarían con anónimos funcionarios, de quienes recibirían órdenes precisas. “La aventura de la Arqueología”, Arqueo nº 1, p.161

à todo me indica que se relacionaban... todo me indica que recibían (= tout m’indique qu’ils se mettaient ... tout m’indique qu’ils recevaient).

 

            Para terminar, un ejemplo de condicional pasado de la perífrasis modal deber de en el que se aprecia la estrategia discursiva  llevada a cabo por el locutor: interrogación ( punto de vista-1= hipótesis) + negación + explicación

 

(44) ¿Seguiría quedando algún ermitaño emparedado de por vida en Chimpuk? Seguramente no, porque la educación y el laicismo traídos por los chinos algún efecto habrían debido de tener, desterrando una práctica sublime y espantosa a la vez como la describió Hedin. P. Molina, p.271

à todo me indica que habían tenido/ (= tout me porte à penser qu’ils avaient eu)

 

Bibliografía

ALARCOS LLORACH, E. (1994): Gramática de la lengua española, Madrid, Espasa Calpe.

ANSCOMBRE, J.-Cl. (1995) : “De l’argumentation dans la langue à la théorie des topoï”, Théorie des topoï, Paris, Kimé, p. 11-47.

ANSCOMBRE, J.-Cl. (1995) : “La nature des topoï”, Théorie des topoï, Paris, Kimé, p. 49-84.

ANSCOMBRE, J.-Cl. et DUCROT, O. (1983) : L’argumentation dans la langue, Liège-Bruxelles, Mardaga.

BOSQUE, I., DE MONTE,V. (1999) : Gramática descriptiva de la lengua española, Madrid, Editorial Espasa Calpe, 3 tomos.

DE VICENTE, E. ; FOULLIOUX, C. (1996) : « La conceptualisation du référent et le mode verbal en français », in Revista de Filología Francesa nº9, Universidad Complutense, Madrid, pp. 59-69.

DENDALE, P. (1994) : « Devoir épistémique, marqueur modal ou évidentiel ? », in Langue Française nº 102, Paris, Larousse.

DUCROT, O (1984) : Le dire et le dit, Paris, Les Éditions de Minuit.

DUCROT, O. (1995) : “Topoï et formes topiques”, Théorie des topoï,  Kimé, pp. 85-99.

EGGS, E. (1994) : Grammaire du discours argumentatif, Kimé, pp. 86-87).

FOULLIOUX, C. (2003a) «  Soi-même et la doxa: une stratégie du discours »,  in  P.Suarez  & Al (éds.), L’AUTRE ET SOI MÊME : la identidad y la alteridad en el   ámbito francés y francófono,, Servicios Editoriales Madrid,  pp.509-518

FOULLIOUX, C. (2003b)  «Le mode verbal et l’atténuation : à propos de devoir », in A. R-Somolinos (ed.)  Des mots au discours : Études de linguitique française, Thélème, nº extraordinario 2003,  Universidad Complutense, Madrid pp.109-120

Foullioux 2005a, www.liceus.com la modalización  en francés

Foullioux 2005b, www.liceus.com la atenuación en francés

 

FOULLIOUX, C. ; TEJEDOR, D., (2004) « A propos du mode et de l’atténuation », Langue Française nº 142, Larousse, Paris, pp.112-126,

GOMEZ TORREGO, L. (1998) : Gramática didáctica del español, Ediciones SM, Madrid.

GOMEZ TORREGO, L. (1999): « Los verbos auxiliares. La perífrasis verbal de infinitivo. in Gramática descriptiva de la lengua española, Madrid, Espasa Calpe, pp. 3323-3390.

HAILLET, P.-P. (1995) : Le conditionnel dans le discours journalistique : essai de linguistique descriptive, Neuville, Bref.

HAILLET, P.-P. (1998a) : « Le conditionnel d’altérité énonciative et les formes du discours rapporté dans la presse écrite », Pratiques 100, CRESEF, Metz, pp. 63-79.

HAILLET, P.-P. (2001) : « À propos de l’interrogation totale directe au conditionnel ». in P. Dendale et L. Tasmowski (eds), Recherches linguistiques, Metz.

HAILLET, P.-P. (2002) : Le conditionnel en français : une approche polyphonique,0phrys

 

LE NOUVEAU PETIT ROBERT, Édition mise à jour : Juin 2000.

MEYER, M. (1991) : « Aristote et les principes de la rhétorique contemporaine », Rhétorique d’Aristote, Le Livre de Poche, pp. 5-70.

MOLINER, M. (2002): Diccionario de uso del español, Gredos.

MONTOLIÚ, E. (2000): « Las construcciones condicionales » in Gramática Descriptiva de la Lengua Española, Espasa-Calpe, Madrid, pp. 3642-3736).

PEREZ SALDANYA, M., (1999): « El modo en las subordinadas relativas y adverbiales », in Gramática descriptiva de la lengua española, Madrid, Espasa Calpe, pp. 3253-3322.

REAL ACADEMIA ESPAÑOLA (1975): Esbozo de una nueva gramática de la lengua española, Madrid, Espasa Calpe.

RIDRUEJO, E., (1999): « Modo y modalidad. El modo en las subordinadas sustantivas », in Gramática descriptiva de la lengua española, Madrid, Espasa Calpe, pp. 3209-3251.

SECO, M.; ANDRES, O.; RAMOS, G. (1999): Diccionario del Español Actual, Aguilar.

TASMOWSKI, L ; DENDALE, P. (1994) : Pouvoir: un marqueur d’évidentialité, in Langue Française nº 102, Paris, Larousse.

TEJEDOR, D. (à paraître) : « Ethos, topoï et autocritique ». OJO , RAJOUTER BIBLIO

.

 

 

 

 

 

 

 



[1] DE VICENTE, E. ; FOULLIOUX, C. (1996) : « La conceptualisation du référent et le mode verbal en français »,

[2] A partir de ahora PVS

[3] Ver Foullioux 2005, www.liceus.com la modalización y las modalidades en francés

[4] Como pueden ser por ejemplo los elementos suprasegmentales : acento, ritmo y entonación

[5] Entendiendo por proceso tanto relación de acción como relación de estado

[6] “La perífrasis <deber + infinitivo>, con su significado de obligación y <deber de + infinitivo> con su significado de “probabilidad”, se han identificado con frecuencia en el pasado y se siguen identificando en la actualidad.(….) según la norma académica, no se dice lo mismo en Tu hijo debe estar en clase (= “tiene la obligación de estar en clase”) que en Tu hijo debe de estar en clase (= “...probablemente esté en clase”)”. (L. Gómez Torrego, 1999 : 3348)

 

 

Posté par cfoullioux à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 mars 2017

MODE ET MODALISATION

à Notre positionnement

 

           

            Dans tout processus d'énonciation, et dans ce qu'il est convenu d'appeler la "simulation de l'activité linguistique" il y aurait une étape que l'on pourrait appeler de conceptualisation, de la part de l'émetteur, du référent (verbal et substantif) de son énoncé. Cette conceptualisation, en ce qui concerne le procès et l’attribuant, se réalise en fonction de deux opérations que nous appellerons la Temporalisation et la  Modalisation, qui constituent  ce que nous appellerons dorénavant la Modalité d'Enonciation.

 

LA TEMPORALISATION

 

            Le processus de Temporalisation permet à l'émetteur de situer le référent de son énoncé sur l'axe chronologique, et ceci par rapport soit au moment de l'énonciation, soit par rapport et au moment de l'énonciation  et au temps de l'énoncé.

            Nous pouvons représenter les catégories de la temporalisation de la façon suivante:

 

 

       
       

 


                                               Absolu

                        Indivis à

                                               Relatif

 

 

Temps à                            Antérieur

 

                          Divis à     Actuel           

                                                                  

                                             Postérieur

 

 

 

 

 

            Ces catégories mentales vont inférer, dans la structure profonde, la catégorie de temps verbal que nous pouvons définir comme le sème qui traduit dans l'énoncé le type de localisation temporelle du référent.

 

LA MODALISATION

 

            Le processus de Modalisation permet à l'énonciateur de se représenter son propre savoir sur l'existence ou non du référent de son énoncé, et dans le cas de la non existence, sur ses possibilités d'exister.

Ce processus se réalise en fonction d'un certain nombre de paramètres :

  • savoir/ne pas savoir,
  • pouvoir/ne pas pouvoir et  
  • être/ne pas être.

L'application de ces paramètres, qui est  postérieure à la Temporalisation, phénomène premier de la représentation, va inférer, dans la structure profonde, la catégorie de mode verbal ; nous définirons doncle mode verbal comme le sème qui traduit dans l'énoncé le type de représentation du référent en fonction des paramètres temporalisation et modalisation.

 

            Le temps et le mode verbal sont des constituants obligatoires du noyau de la structure profonde sémantique qui ex­priment la conceptualisation du référent de l'énoncé. Au niveau morpho-syntaxique de la structure profonde, les morphèmes de mode et de temps sont des constituants de l'auxiliaire verbal.

 

            La modalisation est fonction de la temporalisation, c'est à dire que, dans l'énoncé, le temps conditionne le mode. On a pu dire que le verbe régit l'énoncé ; néanmoins, le verbe est constitué par une accumulation de sèmes (sémantème verbal + sème modal + sème temporel + (sème aspectuel) + sème personnel + ...) ; il s'agirait de savoir lequel de ces sèmes est recteur de l'énoncé. D'après ce que nous avons exposé, ce sont les sèmes temporels et modaux, dans une relation d'inclusion, qui régissent l'énoncé ; en dernière instance le sème temporel en serait le seul et vrai recteur.

 

            En fonction des paramètres de la modalisation, nous pouvons établir la règle de réécriture du mode verbal :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Une fois établi le concept de mode verbal, nous définirons les différentes catégories modales.

Le Mode imaginaire. Le locuteur assume l’énoncé (ou seulement l’action / état) hors de la réalité, dans l’imaginaire. Il « ouvre » alors un monde où toute association est possible (cf. métaphore, comparaisons, etc..)

 

  • Il était une fois… IMPARFAIT : Une femme marchait dans la nuit.
  • Supposons que je soi Napoléon. Imaginons que…
  • Moi, j’étais le médecin et toi l’infirmière.
  • On aurait cru
  • C’était comme si

 

Le mode hypothétique sert à exprimer que le locuteur n’est pas sûr si le référent de son énoncé existe ou n'existe pas. Pour sa part, le mode non hypothétique sert à exprimer que le locuteur n'a aucun doute quant à l'existence ou la non existence du référent de son énoncé.

 

Ex. :    Pierre est peut-être parti. (M. hypothétique)

 

 Ex. :   Pierre est parti. (M. non hypothétique)

 

 Ex. :   Pierre partira demain. (M. non hypothétique)

 

            Le mode hypothétique présente deux sous-catégories : le pro­bable et l'apparent. Le mode hypothétique probable exprime que l'émetteur ne peut pas se prononcer sur l'existence ou non du référent de son énoncé ; le mode hypothétique apparent ajoute à cela qu'il y a des indices non confirmés sur l'existence du référent de son énoncé.

 

Ex. :    Elle a peut-être la grippe. (M. H. probable)

 

Ex. :    Un tremblement de terre aurait secoué la Chine. (M. H. apparent)

 

            Le mode non hypothétique présente, lui aussi, deux sous-catégories : le mode réel et le mode non réel. Le mode réel exprime que l'émetteur sait que le référent de son énoncé se situe sur le plan de la réalité (présente ou passée). Le mode non réel exprime que l'émetteur sait que le référent de son énoncé ne se situe pas sur le plan de la réalité, soit parce que son existence est impossible (mode non réalisable ou impossible), soit parce que son existence ne s'est pas encore produite (mode  réalisable).

 

Ex. :    Si tu avais admis cette opinion, tu aurais eu tort. (M. non réel impossible)

 

Ex.:     Nous partirons demain. (M. non réel réalisable)

 

            Finalement, le mode réalisable présente trois sous-catégories : le mode possible, le mode futur et le mode  conditionnel : les conditions de réalisation de ces trois modes sont différentes, bien qu'ils situent le référent de l'énoncé dans un temps postérieur ; il y a une gradation de ces conditions dont les étapes sont la simple possibilité (M. possible), le passage du temps (M. futur) et le passage du temps associé à la réalisation d'une condition externe (M. conditionnel).

 

 Ex. :   Je peux/dois faire ce travail (demain). (M. possible)

 Ex. :   Je ferai ce travail demain. (M. futur)

 Ex. :   Je ferai/ferais ce travail si j'en ai/avais le temps. (M. conditionnel)

 

MODE ET TEMPS

 

            Nous avons déjà avancé que la catégorie de mode est fonction de celle du temps; nous pouvons donc combiner modes et temps de la façon suivante:

 

1.-TEMPS ANTERIEUR.

 

1.1-TEMPS ANTERIEUR < MODE REEL

 

Ex. :

  • Marie est partie hier.
  • Votre père? Je le quitte à l'instant même.
  • Il vient d'arriver.

 

1.2-TEMPS ANTERIEUR < MODE REALISABLE

 

Ex. :

 

  • Je repris courage ; dans deux heures du renfort allait arriver (arriverait).

    

 

1.3-TEMPS ANTERIEUR < MODE IMPOSSIBLE

 

 Ex. :

  • Si tu avais travaillé, tu aurais réussi.

 

1.4-TEMPS ANTERIEUR < MODE HYPOTHETIQUE

 

 Ex. :

  • J'ai été peut-être un peu trop sévère avec lui.
  • Jean n'est pas arrivé. Il aura manqué son train.

 

2.-TEMPS ACTUEL.

 

2.1-TEMPS ACTUEL < MODE REEL

 

   Ex. :

  • Il fait beau aujourd'hui.

 

  • Je voulais vous demander un service:...

 

  • Je vous prierais de m'accorder encore un instant.

 

  • Je te promets de venir.

 

  • Quoi! Ces marmots me désobéiront !

 

2.2-TEMPS ACTUEL < MODE HYPOTHETIQUE

 

Ex.:

  • Le chef de l'Etat partirait aujourd'hui en visite officielle chez nos voisins. (APPARENT)

 

  • Il est sans doute parti. (PROBABLE)

 

  • Pierre n'est pas là; il dînera (doit dîner) chez ses parents.

 

  • Cet enfant peut avoir dix ans.

 

3.-TEMPS POSTERIEUR.

 

3.1-TEMPS POSTERIEUR < MODE REALISABLE

 

Ex. :

  • Je pars ce soir.

 

  • Je vous téléphonerai demain.

 

  • Il est sur le point d'arriver.

 

  • Demain, à cette heure-ci,j 'aurai fini ce travail.

 

 

3.2-TEMPS POSTERIEUR < MODE HYPOTHETIQUE

 

Ex. :

  • Il arrive (arrivera) peut-être demain.

 

  • Le chef de l'Etat partirait demain en visite officielle chez nos voisins.

 

4.-TEMPS INDIVIS.

 

4.1-TEMPS INDIVIS < MODE REEL

 

Ex. :

  • La terre tourne autour du soleil.

 

Posté par cfoullioux à 07:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2017

L'ASPECT

                        L'ASPECT GRAMMATICAL AU PRESENT

 

 

 

         1.- Aspect grammatical 1 : l’Aspect duratif.

 

 

Il s'exprime au moyen de périphrases aspectuelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            a) Être en train de + inf. exprime l'action dans son développement (sa réalisation), l'évolution d'un état ou la durée d'un état.

 

Ex.:

  • Il est en train de travailler.

 

 

 

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            b) Être en voie de + inf. exprime la modi­fication de l'ac­tion dans un sens déterminé.

 

Ex. :

  • La plaie est en voie de cicatriser.

 

c) Être après à + inf.; Appartient à un niveau de langue familière, vieilli.

 

Ex. :

  • Il est après à batir sa maison.

 

            d) Être après + inf.; On retrouve l'emploi de cette pé­riphrases dans le Berry, en Franhe-Comté et dans la région franco-provençale.

 

Ex. :

  • Je sais que vous n'aimez pas les enfants malpropres et que vous êtes toujours après laver et peigner Jeannie. (Sand, Fr. Le Champi).

 

e) être à + inf. On l'utilise dans un ni­veau de langue populaire.

 

Ex. :

  • Elle avait vu un mouton déjà mort, et deux ours qui étaient après le manger. (L.Hémon).

 

 

           

 

         2.- Aspect Grammatical 2.

                       

                   2.A.- Aspect Inchoatif.

 

            L'aspect inchoatif ou ingressif exprime le début de l'action, qui coïncide avec le M.P..

 

Ex. :

  • Il commence à pleuvoir.

 

 

 

 
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Il s'exprime au moyen du Semi auxiliaire d'aspect inchoatif.

 

            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ex.:

  • Non, mais, regarde-le: maintenant il se met à pleurer!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.- commencer de + inf est plus fréquent en langue é­crite: l'oreille décide.

 

Ex. :

  • Coffin commença de grimper. (A.Fournier, Le grand Meaulnes).
  • L'arbuste cessa de croître et commença de préparer une fleur (St.Exupery. Petit Prince).

 

.- commencer par + inf n'exprime pas l'aspect inchoa­tif mais la manière dont débute l'action.

 

Ex. :

  • Le professeur commença par rappeler (en rap­pelant) ce qu'il avait expliqué la veille.

 

 

à L'aspect inchoatif peut aussi être exprimer:

 

            a) par la forme réfléchie.

Ex.:

  • Le roi se meurt[1] (Ionesco) (No sería un dura­tivo)

 

b) par la forme réfléchie + un préfixe.

Ex. :

  • s'endormir.

 

 

 

 

 

                   2. B. Aspect Progressif

 

 

            L'aspect progressif exprime que l'action gagne ou perd en intensité au fur et à mesure que le temps pas­se (s'écoule).

 

            Il s'exprime au moyen:

 

            1) du présent de l'indicatif avec des adverbes, ou équivalents, d'aspect progressif comme: peu à peu, de plus en plus, de moins en moins, progressivement, l'un après l'autre, etc.  (esp.: ir + gerundio)

 

Ex. :

  • Les arbres s'effeuillent peu à peu.
  • Les invités arrivaient l'un après l'au­tre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            2) du Semi auxiliaire d'aspect progressif.

 

           

 

Aspect Progressif  à  (s'en) aller + Participe Présent

 

 

 

 

 

 

Il s'agit d'une construction qui est considérée ar­chaï­que et peu usuelle, qu'on retrouve donc dans des niveaux de langue littéraire ou très familière.

 

Ex. :

  • Cet homme s'en va mourant.(A.C.)
  • Le mal va croissant. (A.C.)
  • Le canal allait se perdant. (Gide)  
  • "Sa voix grave et un peu cadencée allait roulant dans le silence des déserts"(Chateaubriand, Atala).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        

         2. C.- L'aspect continu

 

 

            L'action exprimée par le verbe est commencé dans le passé et continue au Moment de la Parole.

 

 

            Il s'exprime au moyen:

 

            1) du Présent de l'indicatif avec des adverbes d'aspect continu comme toujours et encore.

 

Ex. :

  • Il pleut toujours.
  • Eh bien, petite, est-on toujours fâchée?
  • Il s'est enfui; il court encore.
  • Vous êtes encore là?
  • Il dort toujours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            2) du Semi Auxiliaire d'aspect continu.

 

 

S. Aux. Asp. Cont.  à  continuer à/de + Infinitif

 

 

Ex. :

  • Elle continue d'exister.
  • Le problème de l'âme des bêtes continue d'être discuté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            3) du présent de l'indicatif accompagné d'un S.P. (C. Circ. de temps) qui précise depuis quand dure l'action verbale.

 

Ex. :

  • Il fait beau depuis trois jours

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres exemples:

  • Il dort depuis hier soir.
  • Voilà plus de 30 ans que je suis dans le désert à gémir.
  • Elle joue la comédie depuis bien longtemps.
  • Il est en forme ces jours-ci.

 

4) en être encore à + infinitif

 

Ex. :

  • Sous quelle étoile suis-je né? j'en suis encore à me le demander. (M. Polnareff).

 

 

         2. D. L'aspect conclusif

 

Cet aspect exprime la fin de l'action soit (a) au Mo­ment de la Parole, soit (b) au présent du locuteur.

 

Ex. :

  • J'arrête de travailler en ce moment. (a)
  • Elle finit de décorer son apparte­ment. (b)
  • Son influence cesse de se faire sen­tir (attention passive).

 

            Il s'exprime au moyen du Semi Auxiliaire d'aspect conclusif.        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                    

Ex. :

  • J'arrête de travailler.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         3) L'aspect grammatical 3

 

                   3.A.- L'aspect Itératif

 

            Cet aspect exprime la répétition de l'action (2 fois).

 

            Il s'exprime au moyen:

           

1)      du Semi Auxiliaire d'Aspect Itératif.

 

 
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ex. :

  • Je n'ai pas envie de recommencer à discuter comme tout à l'heure. (Vian).
  • Le vent recommence à souffler.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            2) du préfixe re-

 

Ex. :

  • Il relit la lettre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            3) d'adverbes: de nouveau.

 

Ex. :

  • Il est de nouveau malade

 

 

                   3. B.- L'aspect fréquentatif

 

            Cet aspect exprime une action fréquente.

 

Ex. :

  • L'autobus passe toutes les 5 minutes / fréquemment.

 

            Il s'exprime au moyen d'adverbes ou d'équiva­lents d'aspect fréquentatif comme fréquemment.

 

 

 

1.- No se puede reagrupar 3B y 3C ?

 

 

 

                   3. C.- L'aspect habituel

 

                        Cet aspect exprime une action habituelle (très fréquente).

 

            a) Il s'exprime avec le Présent de l'Indicatif accompagné d'adverbes aspectuels comme: d'habitude, souvent, ou un S.N.: tous les jours, etc.

 

Ex. :

  • D'habitude je me lève à 8 heures.
  • Il me téléphone souvent (¿fréquetatif?)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

 

D'autre exemple:

  • Quel que soit le temps, quelle que soit la saison, tous les jours il gravit cette colli­ne.

 

 

b) Il s'exprime aussi avec la périphrase: être toujours à + Infinitif.

 

            Ex. :

  • Elle est toujours à se plaindre.
  • Il est toujours à le taquiner.

           



[1] P. Robert. Se mourir = être sur le point de, donc futur proche: Madame se meurt, Madame est morte (Bossuet)

Posté par cfoullioux à 13:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2017

1 DÉFINITION DU VERBE

Tema 1

 Qu’est-ce que le verbe ? Définition de la catégorie verbale.

 

Objetivos:

 

  • Aprender a reflexionar sobre los criterios lógico-semánticos, distribucionales y morfológicos que permiten definir la categoría verbal.
  • Saber comprobar la validez de dichos criterios.

 

CONTENIDO

  • Criterios lógico-semánticos, distribucionales y morfológicos que permiten definir la categoría verbal.
  • Comprobar la validez de dichos criterios.
  • Proponer unos criterios definitorios de la categoría verbal.
  • Ejercicios prácticos.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sujet nº1 :

  Définition de la catégorie verbale

 

1)      Critères logico-sémantiques

2)      Critères formels

2.1) Critères distributionnels

2.2) Critères morphologiques

 

 

 

 

Introduction

 

a)      à Intérêt et importance du verbe : entre autres, le verbe distribue les fonctions principales au sein de la phrase (notamment : la fonction sujet et la fonction objet/attribut).

 

 

Le nœud verbal, que l’on trouve au centre de la plupart de nos langues européennes, exprime tout un petit drame. Comme un drame en effet, il comporte obligatoirement un procès, et le plus souvent des acteurs et des circonstances.

 

Transposés du plan de la réalité dramatique sur celui de la syntaxe structurale, le procès, les acteurs et les circonstances deviennent respectivement le verbe, les actants et les circonstants.

 

Le verbe exprime le procès. Ainsi dans la phrase Alfred frappe Bernard, le procès est exprimé par le verbe frappe.

 

Les actants sont toujours des substantifs ou des équivalents de substantifs. Inversement les substantifs assument en principe toujours dans la phrase la fonction d’actants.

 

Les circonstants expriment les circonstances de lieu, manière, etc… dans lesquelles se déroule le procès. Ainsi dans la phrase Alfred fourre son nez partout, il y a un circonstants de lieu (partout).

 

Tesnière, L.

 

 

 

F Connaître le verbe c’est, en quelque sorte, maîtriser la syntaxe.

 

b)      à L’identification de la catégorie verbale ne pose généralement aucun problème. C’est d’ailleurs un type d’exercices faciles que l’on peut proposer à des élèves du collège, et, généralement ils s’en sortent bien.

 

 

Æ Pourquoi ? > Cette identification se base sur une reconnaissance intuitive : certaines  unités lexicales sont immédiatement reconnues comme étant des verbes.

 

Æ Problème > Si on demande à ces élèves de justifier cette identification, ils ne sauront pas le faire.

 

F C’est là, toute la différence entre un locuteur natif de base et un linguiste : Le linguiste doit systématiquement justifier ses analyses.

 

b1) Cette affirmation a trait à l’une des prétentions fondatrices de la linguistique qui, à la différence, par exemple, de la grammaire, se veut une discipline scientifique.

      Cela veut dire notamment qu’elle ne se fie pas à l’intuition, à la subjectivité de celui qui décrit, mais donne des définitions claires, en se fondant sur des tests et, plus généralement, sur des outils objectifs clairement délimités.

 

b2) L’identification objective de la catégorie verbale n’a pas seulement une utilité théorique, mais également des visées pratiques :

 

ÆEn effet :

 

  • Comment, par exemple, permettre à un étranger de reconnaître le verbe français, surtout si l’étranger en question parle une langue où le verbe a des caractéristiques totalement différentes de celles du français ?

 

Si nous n’avons pas avancé des critères d’identification objectifs, nous n’avons aucune chance de le lui expliquer, parce qu’il n’a pas, lui, accès à cette intuition que nous avons de notre langue maternelle.

 

  • On peut évoquer également les recherches, qui visent l’implémentation (i.e. conception et réalisation de programmes compréhensibles par la machine).

 

 

Or, une machine n’a aucune intuition de quoi que ce soit, et il faut bien lui expliquer comment reconnaître un verbe.

 

 

Je crois que cela suffit à justifier la démarche que nous allons entamer ensemble, à savoir :

 

QUELS SONT LES CRITÈRES DÉFINITOIRES DU VERBES ?

 

Ce sera l’objet de ce cours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.1)         De l’inadéquation des critères logico-sémantiques

 

a)                à D’un point de vue sémantique, la tradition grammaticale oppose le verbe au nom en se fondant sur le découpage du réel :

 

  • les substances statiques sont dénotées par les noms ou substantifs, alors que
  • les phénomènes (dynamiques) sont signifiés par les verbes

 

 

« Les noms désignent ce qui demeure et les verbes ce qui passe » Grammaire générale et raisonnée, Arnauld et Lancelot (1660).

 

à Ce découpage est présent dans :

 

  • la plupart des grammaires traditionnelles,
  • pas mal de grammaires scolaires,
  • certains travaux linguistiques

 

 

F vous aurez par exemple noté qu'on associe souvent, dans le cadre de cette définition, le verbe à la notion d'action. Quelquefois, on se veut un peu plus subtil, et on parle par exemple de procès, qui sous-entend processus, dynamique, temporalité, etc., par opposition aux substances statiques.

 

Æ       Que penser de cette définition qui associe le verbe à la notion d'action ?

 

            En fait, ce type de définition, même s'il se vérifie dans pas mal de cas, ne permet pas de délimiter strictement la catégorie verbale.

 

            En effet :

  • d'une part, la notion d'action n'est pas propre au verbe :

 

à il y a des noms comme construction, départ, arrivée, etc., qui signifient - ou qui peuvent signifier - des actions DONC la notion d'action ne peut pas être considérée comme une propriété exclusive du verbe, et DONC ne peut pas être un critère définitoire.

 

  • d'autre part, il y a un certain nombre de verbes qui n'expriment aucune action :

 

à ce sont notamment ce qu'on appelle les verbes d'état, comme être, paraître, demeurer, etc.

 

Ä Beaucoup de grammairiens ont eu alors l'idée d'intégrer cette classe de verbes, en élargissant la définition de départ, et en disant quelque chose comme "le verbe est la classe de mots qui expriment soit une action soit un état".

 

Malheureusement,

 

Cette définition ne marche pas beaucoup mieux, puisque l'expression d'un état n'est pas non plus une propriété exclusive des verbes :

 

à Beaucoup d'adjectifs expriment eux aussi l'état, comme calme, propre, etc.

 

 

En résumé : on peut dire que ce critère sémantique n'est ni exclusif (propre au verbe), ni général (ne concerne pas tous les verbes). Il ne peut en aucun cas être considéré comme un critère définitoire de la classe verbale.

 

 

 

b) à Il existe une autre classe de définitions logico-sémantiques, qui associent le verbe au prédicat : le verbe est la catégorie qui peut servir de prédicat.

 

            Là aussi, même si cette définition semble fonctionner un peu mieux que la précédente, les réserves que l'on peut émettre sont comparables à celles que l'on vient d’émettre :

  • d'une part, beaucoup d'autres catégories peuvent servir de prédicat (par exemple, dans le cas des phrases dites non-verbales comme dans Excellent, ce vin ! ; mais aussi dans beaucoup d'autres langues comme l'arabe),

 

  • de l'autre, tous les verbes ne correspondent pas forcément à des prédicats : dans les phrases avec des verbes dits à copule (grosso modo les verbes d'états), ce sont les attributs qui sont les véritables prédicats...

 

On se rend compte que les critères sémantiques ne sont pas suffisants pour définir la catégorie verbale. Il faut donc recourir à des critères formels. Ces critères formels sont, principalement, de deux types :

 

            - Critères morphologiques : [± variation formelle] et [types de variation formelle]

            - Critères distributionnels : globalement, l'environnement de l'élément étudié : ce qu'il y a avant, après, et à la place de X.

 

            C'est par ces derniers critères que l'on va commencer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.2)         Critères formels

 

1.2.1. Critères distributionnels

 

à        D'un point de vue distributionnel, il n’est pas possible de développer un environnement-type pour le verbe. L’environnement verbal en français est en effet tellement divers, qu’il n’est pas possible d’identifier le verbe en observant simplement sa distribution.

 

            Il y a toutefois un certain nombre d'éléments qui peuvent servir d'indices à l'identification distributionnelle de la catégorie verbale :

 

  • Par exemple, en français, seuls les verbes, peuvent être affectés d'une négation avec ne.

 

Ex. : Si je vous demande de justifier distributionnellement votre identification du verbe dans une phrase de type : Je ne partirai pas, vous pourrez tout à fait me dire que partir est un verbe puisqu'il est entouré des deux particules de la négation (ne... pas), qu'on ne peut trouver en français qu'avec des verbes.

 

  • Autre exemple d'indice distributionnel que l'on peut utiliser dans l'identification de la catégorie verbale : seuls les verbes peuvent être précédés par un clitique sujet ou objet[1].

 

 

à        En fait, ce qui nous empêche d'avancer des généralités distributionnelles opérationnelles concernant le verbe, c'est que le verbe peut être soit conjugué (fini) soit non-conjugué (non-fini, c'est-à-dire soit à l'infinitif soit au participe) :

 

  • Quand il n'est pas conjugué, un verbe peut être précédé par beaucoup de choses : difficile dans ces conditions de dessiner un portrait général de son environnement.

 

  • Mais quand il est conjugué, à part dans les cas de l'impératif, on sait qu'il y a forcément un sujet. Qu'est-ce qui nous empêche alors de dire que le verbe est un mot qui est précédé par un sujet ?

 

Ä        D'abord, "précédé" ne serait pas vraiment le mot juste, puisqu'il y a beaucoup de cas d'inversion du sujet :

Ex. : dans une phrase de type Que fait Pierre ?, le verbe n'est pas précédé, mais suivi par un sujet.

 

Ä        Mais même en faisant abstraction de ces cas, il y a quelque chose qui nous empêche d'avancer une généralité de type "c'est un verbe parce qu'il est précédé par un sujet". Tout simplement, parce que, entre le sujet et le verbe, il peut y avoir beaucoup d'autres éléments, comme par exemple dans des phrases de type :

 

            Ce garçon, dont je t'ai parlé la dernière fois, comme d'habitude, était absent.

           

Mais regardons maintenant les données d'un peu plus près. Essayez de remplacer le SN ce garçon par un pronom personnel dans la même phrase. Que peut-on constater ? Eh bien tout simplement, la phrase devient agrammaticale :

 

                        * Il, dont je t'ai parlé la dernière fois, comme d'habitude, était absent.

 

Et même en supprimant soit la relative soit le circonstanciel, la phrase reste toujours agrammaticale. La seule solution qui nous reste si on veut garder à la place du SN sujet le pronom personnel, c'est de supprimer tout ce qu'il y a entre ce pronom et le verbe :

 

                        Il était absent.

 

         Cela signifie quoi ?

 

à Eh bien tout simplement que les clitiques (sujets ou objets) ne supportent pas d’être séparés du verbe : ils sont systématiquement dans l'environnement immédiat du verbe (soit avant, soit après).

 

            C'est d'ailleurs pour cette raison qu'ils sont considérés comme des clitiques, c'est-à-dire en fait des pronoms atones, non toniques, ou encore non-accentués. Ces éléments ont d’un point de vue prosodique besoin de s'appuyer sur un autre élément : pour les pronoms personnels atones (je, tu, il, le, etc., par opposition aux pronoms toniques : moi, toi, lui, etc.), l'élément sur lequel ils s'appuient n'est autre que le verbe : et c'est justement pour cette raison que les clitiques ne supportent pas d’être séparés du verbe.

           

A partir de là, on fait donc la généralisation suivante :

 

à Si une unité lexicale est précédée immédiatement par un clitique, elle est de catégorie verbale. En fait, pour être tout à fait précis, un clitique ne peut être séparé du verbe que par un autre clitique :

 

Ordre canonique en français :

 

 

Clitique sujet + (clitique négatif) + Clitique objet (D/I) + verbe

 

 

 

1.2.2. Critères morphologiques

 

à        Toutes les grammaires vous le diront : le verbe se reconnaît d'abord par ses variations de forme. Il s'agit en effet d'un mot variable, qui se conjugue, c'est-à-dire qui est affecté par plusieurs catégories grammaticales marquées morphologiquement.

 

à Le verbe français se présente donc comme un mot constitué d'une part d'un radical - ou une base - et, d'autre part, d'un certain nombre de marques spécifiques, appelées désinences. Dans notre perspective, il s’agit des morphèmes de Mode, de Temps, de Personne, d’Aspect et de Voix passive.

 

Dans notre perspective, ces morphèmes sont soit des constituants obligatoires soit des constituants facultatifs de l’auxiliaire verbal, selon la règle de réécriture suivante :

 

SV à Aux. V. + GV

GV à (neg1) + base verbale + (neg2) + (SN ou S. Adj) + (S. Adv) + (SP)

Aux. V. à M. Mode1 + M. Temps1 + M. Personne + (M. Aspect 1) + (M. Temps2) + (M. Mode2) + (M. Temps3) + (M. Aspect2) + (M. Voix Passive).

 

 

            Le verbe français se présente donc sous la forme globale suivante :

 

           

Base + Désinences (marques morphologiques de différentes catégories)

 

 

 

1) Le Morphème de mode :

 

 

            Petite Parenthèse :

 

Notre conception du mode s’éloigne de la perspective habituelle qui divise le mode en modes personnels et modes impersonnels selon qu’ils comportent ou non la catégorie de la personne. Pour l’heure, il nous suffira de dire que le mode correspond à l’attitude du locuteur à l’égard de son énoncé. A travers l’activité linguistique le locuteur représente son propre savoir quant à l’existence ou non du référent de son énoncé, du procès.

 

  Les modes verbaux que nous avons établis sont exprimés, en phrases simples ou en propositions principales, par une série de formes verbales qui correspondent aux modes traditionnels de l'indicatif et du conditionnel. Ces modes verbaux sont des "modes nucléaires", c'est à dire, des modes qui apparaissent dans la structure profonde avant qu'elle ne subisse les transformations de modalité ou les transformations généralisées de subordination; c'est pour cette raison que nous n'avons pas fait allusion aux autres formes de la grammaire descriptive traditionnelle (impératif, subjonctif, infinitif, participes et gérondif). Ces formes peuvent apparaître directement dans la structure profonde sans valeur modale, ou bien elles peuvent être le résultat de différents types de transformations. Ce sont, dans ce cas, des  formes qui servent à exprimer les modes verbaux que nous venons de présenter. Nous allons exposer de quelle manière ils s'intègrent dans notre schéma.

 

            Pour produire un énoncé impératif il faut avoir en structure profonde la modalité impérative et un noyau qui présente dans son constituant auxiliaire verbal le mode réalisable. Le mode "impératif" qui apparaît dans l'énoncé est le résultat d'une transformation de modalité, qui consiste à ajouter le sème [+ ORDRE] au sème modal nucléaire [+REALISABLE]. La forme "impérative" du verbe n'est pas le seul résultat possible de cette transformation puisque nous pouvons obtenir aussi le futur simple ou l'infinitif :

 

Ex. :

  • Prenez (vous prendrez) (prendre) trois pastilles avant chaque repas.

 

            Le participe passé, quant à lui, n'apparaît directement en structure profonde que dans les temps composés et surcomposés et dans la forme passive, qui est le résultat de la transformation de modalité passive. Dans aucun de ces cas il n'exprime la modalisation. Il peut apparaître aussi comme le résultat d'une transformation d'une proposition subordonnée temporelle; dans ce cas il exprime le mode verbal de la structure enchâssée:

 

Ex. :

  • conjugué avec être, le participe passé s'accorde avec le sujet.

 

            Ce serait la transformation de "lorsqu'il est con­jugué"; le participe passé exprime donc  ici le mode réel.

 

             Le participe présent, pour sa part, n'apparaît directement en structure profonde que dans la construction périphrastique aspectuelle (rare en français) aller + participe présent (ex.: le mal va augmentant / el mal va aumentando) qui exprime l'aspect progressif. Le participe présent, dans cette construction, n'exprime pas le mode verbal qui est porté par le semi-auxiliaire. Il peut apparaître aussi comme le résultat d'une transformation d'une proposition relative; dans ce cas il exprime le mode verbal de la structure enchâssée.

 

Ex. :

  • Il lui a opposé un argument entraînant la conviction.

            Ce serait la transformation de"un argument qui entraîne"; le participe présent exprime donc  ici le mode réel.

 

            Le gérondif n'apparaît pas directement en structure profonde; il est toujours le résultat de la transformation d'une subordonnée ou d'un complément de temps, cause etc..

 

Ex. :

  • En débarquant, je l'avais remarqué (temps).

 

  • C'est en forgeant qu'on devient forgeron / Machacando machacando, el hierro va afinando (Haciendo y deshaciendo se va aprendiendo) (cause)

 

            Dans ces exemples il équivaut à "quant j'avais débarqué" et à "parce qu'on forge"et exprime le mode ver­bal des structures enchâssées.

 

            Quant à l'infinitif, il n'apparaît directement en structure profonde que dans les constructions périphrastiques, qu'elles soient temporelles (il va partir), modales (il doit neiger en ce moment / impossible) ou aspectuelles (il commence à pleuvoir), sans exprimer la modalisation; dans tous ces cas, le morphème d'infinitif ne sert qu'à actualiser la base lexicale dont les marques de mode, temps, personne et aspect sont portées par le semi auxiliaire.

            A part ces cas, nous trouvons l'infinitif comme résultat de plusieurs types de transformation, dont nous ne parlerons pas ici, faute de temps; dans tous les cas il exprime le mode nucléaire du verbe transformé.

           

            Le subjonctif est toujours le résultat d'une transformation; c'est la forme qui exprime différents modes verbaux dans les subordonnées. Un énoncé comme "je veux qu'il parte / quiero que se vaya" est généré à partir de deux structures profondes dont la deuxième a un mode verbal réalisable. Le subjonctif  peut apparaître aussi  après des verbes du type craindre, douter etc..; ces verbes associés à la forme subjonctive du verbe de l'énoncé sont les marques formelles du mode hypothétique  ex.: "je doute qu'il ait écrit hier / dudo que haya escrito ayer" "qu'il écrive en ce moment / que esté escribiendo ahora". Dans les subordonnées substantives à fonction sujet, par exemple, le subjonctif, résultat aussi d'une transformation, peut exprimer n'importe quel mode. Les emplois et les valeurs du subjonctif sont suffisamment complexes pour faire l'objet d'un prochain travail de recherche.

 

 

GUILLAUME :

 

Les linguistes qui suivent les théories de Gustave Guillaume font correspondre les modes, en fonction de leurs marques personnelles et temporelles, à trois stades d’actualisation du procès (du virtuel au réel) : le stade quasi-virtuel (infinitif et participe), le stade intermédiaire (subjonctif) et le stade de l’actualisation (indicatif).

 

 

 

2) Le morphème de temps

 

La marque temporelle permet - disons d'une manière approximative - de situer le procès verbal sur l'axe du temps chronologique.

 

            Quelles sont les marques temporelles du français ?

 

            D'un point de vue morphologique, il serait très difficile de les présenter d'une manière générale. Pour simplifier, je prendrai ici le cas d'un verbe comme marcher. Ce verbe a les marques temporelles suivantes (à la troisième personne du singulier, puisque ces marques seront présentées ici d'une manière syncrétique) :

 

 

 

                                               Ø                     marque du présent (e euphonique)

                                               -(e)r-               marque du futur        

Radical (march-) +                 -a                    marque du PS            

                                               -ait                  marque de l'imparfait

                                               -(e)rait             marque du conditionnel

 

            Les marques temporelles ne sont pas non plus valides partout. Regardons dans quel cas on peut rencontrer ces marques.

 

            Peut-on avoir ces marques à l'infinitif ? La réponse est clairement négative. L'infinitif est donc un mode à la fois non-temporel et, nous l'avions vu, non-personnel.

 

            Idem pour le participe : l'opposition entre ce qu'on appelle improprement "participe passé" et "participe présent" est en réalité une opposition aspectuelle : Marchant vs Ayant marché est une opposition aspectuelle entre le non-accompli et l'accompli, opposition sur laquelle on reviendra plus tard.

 

            La même chose peut être dite à propos de l'impératif : finissez vs ayez fini votre travail avant midi est une opposition aspectuelle, et non temporelle : il n'y a pas ici une marque du passé, une marque du futur ou du présent.

           

La question plus délicate se pose maintenant à propos du subjonctif. Cette marque de subordination connaît-elle une variation temporelle ? Il est clair qu'il connaissait une variation temporelle, puisqu'on opposait en français - disons classique - le présent du subjonctif (et son correspondant aspectuel composé, qu'on appelle improprement subjonctif passé : qu'il vienne / qu'il soit venu ; qu’il marche / qu’il ait marché) à l'imparfait du subjonctif (et son correspondant aspectuel composé, qu'on appelle tout aussi improprement le plus-que-parfait du subjonctif : qu'il vînt vs qu'il fût venu – que je fusse venu / qu'il marchât - que je marchasse vs qu'il eût marché - que j'eusse marché)).

 

 

3) Le morphème de personne

 

La marque de la personne qui peut affecter le verbe, lui provient de son sujet, en vertu de la règle d'accord entre le sujet et le verbe.

 

            En français, la grammaire traditionnelle nous parle de trois personnes : la 1ère (je), la 2e (tu), et la 3e (il).

            Certains verbes, mais cette fois-ci en tant qu'unités lexicales, ne connaissent pas non plus la catégorie de la personne : il s'agit de la classe des verbes impersonnels (comme il faut, il pleut), qui ne connaissent aucune variation formelle en rapport avec la catégorie de la personne, et se présentent donc systématiquement à la 3e personne du singulier, ce qu'on appelle quelquefois la non-personne. Ici, cette 3e personne, qui est en l'occurrence la seule possible, ne se présente donc pas comme un élément de la classe paradigmatique de la personne (les deux premières personnes étant impossibles) : il s'agit donc d'un élément phonologique imposé pour des raisons strictement syntaxiques. Autrement dit, le il en question est ici une simple marque syntaxique (puisqu'on ne peut pas dire en français *pleut, *faut, etc.), dépourvue de toute référence (le il en question est non-référentiel, ne désigne personne).

            En plus de ces verbes impersonnels, on doit également signaler les emplois impersonnels possibles avec certains verbes : un verbe comme venir est susceptible d'un emploi impersonnel comme dans Il est venu deux personnes, mais il ne s'agit pas d'un verbe impersonnel puisqu'il est également susceptible d'un emploi personnel comme dans Il vient, nous venons, etc.

           

Donc, en résumé, on dira que dans les modes personnels, le verbe français varie systématiquement en personne (à l'exception des verbes impersonnels et des verbes en emploi impersonnel).

 

 

 

4) Le morphème aspectuel

 

Ormis l’aspect lexical qui dépend du sémantème verbal, la catégorie de l’aspect peut être exprimée par des morphèmes différents : soit des périphrases verbales, des adverbes ou équivalents, ou la variation des formes des tiroirs verbaux (formes simples / formes composées).

 

 

5) Le morphème de voix passive

 

 Je ne terminerai pas cette partie sans dire un mot à propos de la voix, qui est l'une des catégories qui affectent exclusivement la classe verbale. En français, il existe pour les verbes transitifs deux voix : la voix active et la voix passive. A la voix active le sujet correspond généralement à l'agent, à la voix passive, le sujet correspond généralement au patient, celui qui a subi le procès en question. Mais attention, tous les verbes transitifs ne donnent pas nécessairement naissance à la forme passive : avoir, pouvoir, posséder, comporter, coûter, etc.

 

            En syntaxe, la voix n'est pas considérée comme une catégorie grammaticale, au même titre que le temps, le mode, etc., mais plutôt comme un phénomène syntaxique qui est loin d'affecter le seul verbe, mais plutôt la phrase dans son ensemble. C'est notamment le cas dans les grammaires transformationnelles où la passivation est considérée comme une opération syntaxique (une transformation) qui modifie la structure de la phrase active en son correspondant passif, selon le schéma global suivant :

 

           

SN1 + V + SN2  Þ SN2 + AUX être + P. Passif + par /de SN1 (complément d'agent, facultatif)

 

 

 

            En plus de la voix active et passive, on rencontre en français la voix pronominale. Les verbes sont considérés comme pronominaux dès lors qu'ils remplissent les deux conditions suivantes :

 

  • Ils se construisent avec un pronom personnel conjoint (direct ou indirect) réfléchi (c'est-à-dire co-référentiel au sujet) : ce pronom n'a pas de forme spécifique, sauf à la troisième personne où la forme réfléchie se / soi s'oppose aux formes non-réfléchies le / la / les et lui / leur. D'où le redoublement caractéristique du pronom sujet dans la conjugaison pronominale : je me ; tu te ; il se ; nous nous ; vous vous + verbe.

 

 

  • Les verbes pronominaux forment leurs temps composés à l'aide de l'auxiliaire être (Il s'est lavé vs Il l'a lavé).

 

            On doit distinguer entre les verbes pronominaux et les verbes en construction (ou en emploi) pronominale : les premiers, enregistrés comme tels dans le lexique, sont globalement les verbes dont la construction pronominale est la seule possible (s'enfuir, se recueillir, etc.) par opposition aux autres dont l'emploi pronominal n'est que l'un de leurs emplois possibles (s'admirer, se réveiller, s'affronter, etc.).

           

 

 

Conclusion :

 

Définitions :

 

Le verbe est un mot qui se conjugue, c’est-à-dire qui varie en mode, en temps, en voix, en personne et en nombre. (Au participe, il varie parfois en genre.) – Le verbe est susceptible de servir de prédicat, - ou de faire partie du prédicat lorsqu’il y a un attribut du sujet, le verbe s’appelant alors copule. (Le bon usage, 1988 : p. 1159).

 

 

· Le Verbe

            Ø Critères morphologiques

            Les verbes sont variables en nombre, personne, temps, Aspect et voix. Pour le mode, on dira que le verbe ne varie pas en mode, mais qu’il appartient nécessairement à un mode (à l’image de ce qu’on a dit à propos du nom qui ne varie pas en genre, mais appartient à un genre).

 

            Ø Critères distributionnels

            L’environnement du verbe est tellement divers, qu’il n’est pas possible d’en dessiner les contours avec précision. Il y a toutefois une série d’environnements typiquement verbaux. Je parlerai ici de deux cas :

-          la négation avec ne… pas ;

-          la présence d’un clitique (sujet ou objet).

 

            Ø Critères fonctionnels

            Le verbe constitue le noyau de la phrase : c'est lui qui distribue les fonctions syntaxiques essentielles dans la phrase  : sujet et compléments.

 

 

 

 

Exercice 1

 

 

1.   Identifiez dans le texte suivant les différentes formes verbales en justifiant, pour chaque cas, votre réponse par des critères formels.

 

2.   Dans un tableau, indiquez pour chaque forme verbale identifiée les catégories Mode, Temps et Aspect (dans l’ordre, et en suivant la succession des verbes dans le texte).

 

            J'ai pu observer la caravane qui chemine à travers le désert. Elle et le désert parlent le même langage, et c'est la raison pour laquelle il permet qu'elle le traverse. Il ne cesse d'éprouver chacun de ses pas, pour vérifier si elle est en parfaite syntonie avec lui ; et, si c'est bien le cas, elle arrivera jusqu'à l'oasis. Mais si l'un de nous, en dépit de tout le courage qu'il pourrait avoir, ne comprenait pas ce langage, alors il mourrait dès le premier jour. [...] C'est la magie des signes. J'ai vu comment nos guides lisent les signes du désert et comment l'âme de la caravane dialogue avec l'âme du désert.

Paulo Coelho, L'Alchimiste, éditions Anne Carrière, 1994.

 

Correction

1. Identification des FV + critères

-1- ai pu : FV car morphologiquement variable en temps (avais pu), en aspect (peux), en personne-nombre (tu as pu...). D'un point de vue distributionnel, il s'agit d'un verbe parce qu'il est précédé du clitique sujet je.

 

-2- observer : FV car morphologiquement variable en aspect (j'ai pu avoir observé), même s'il n'y a aucune variation en temps et en personne-nombre : c'est normal, l'infinitif n'est ni un mode personnel, ni un mode temporel.

 

-3-  chemine : FV car morphologiquement variable en temps (cheminait), en aspect (a cheminé), en personne-nombre (qui chemines, cheminent).

 

-4- parlent : FV car morphologiquement variable en temps (parlaient), en aspect (ont parlé), et en personne-nombre (il parle, tu parles). Attention : pas de critères distributionnels ici.

 

-5- c'est : FV car morphologiquement variable en temps (c'était), en aspect (ça a été), et en personne-nombre (ce sont ; tu es).

 

-6- permet : FV car morphologiquement variable en temps (permettait), en aspect (a permis), et en personne-nombre (tu permets, ils permettent). D'un point de vue distributionnel, on note la présence du clitique il.

 

-7- traverse : FV car morphologiquement variable en aspect (ait traversé), et en personne-nombre (que tu aies traversé). Distributionnellement, on note la présence des deux clitiques juste avant le verbe : elle le.

 

-8- cesse : FV car morphologiquement variable en temps (cessa), en aspect (a cessé), et en personne-nombre (ils cessent). Distributionnellement, on note la présence du clitique négatif ne juste avant le verbe.

 

-9- éprouver : FV car morphologiquement variable en aspect (avoir éprouvé). Quand vous serez un peu plus experts, on pourra vous dire qu'il y a également ici un argument distributionnel : de est un complémenteur et non une préposition...

 

-10- vérifier : FV car morphologiquement variable en aspect (avoir vérifié) : même si on note la présence d'une certaine résistance, due au contexte sémantique.

 

-11- est : FV car morphologiquement variable en temps (était), en aspect (a été), et en personne-nombre (tu es). Distributionnellement, on note la présence du clitique elle.

 

-12- c'est : FV car morphologiquement variable en temps (c'était), en aspect (ça a été), et en personne-nombre (ce sont ; tu es).

 

-13- arrivera : FV car morphologiquement variable en temps (arrive), en aspect (sera arrivée), et en personne-nombre (tu arriveras). Distributionnellement, on note la présence du clitique elle.

 

-14- pourrait avoir : attention : ici la vraie FV n'est pas pouvoir, mais avoir. Les deux formes constituent donc une seule et même unité qui fonctionne en bloc (pouvoir ne peut en l'occurrence être remplacé que par devoir, autre auxiliaire modal). Comme argument, on peut avancer ici le fait que les deux mots peuvent être remplacés par une seule FV (a). Donc, la suite pourrait avoir constitue bien une FV, car elle est morphologiquement variable en temps (pouvait avoir), en aspect (aurait pu avoir), et en personne-nombre. Distributionnellement, on note la présence du clitique il.

 

-15- comprenait : FV car morphologiquement variable en temps (comprend), en aspect (avait compris), et en personne-nombre (comprenions). Distributionnellement, c'est une FV car il y a le clitique négatif ne.

 

-16- mourrait : FV car morphologiquement variable en temps (meurt), en aspect (serait mort), et en personne-nombre (nous mourrions). Distributionnellement, on note la présence du clitique sujet il.

 

-17- C'est : FV car morphologiquement variable en temps (c'était), en aspect (ça a été), et en personne-nombre (je suis ; ce sont).

 

-18- ai vu : FV car morphologiquement variable en temps (avais vu), en aspect (vois), et en personne-nombre (tu as vu). Distributionnellement, on note la présence du clitique je.

 

-19- lisent : FV car morphologiquement variable en temps (lisaient), en aspect (ont lu), et en personne-nombre (vous lisez).

 

-20- dialogue : FV car morphologiquement variable en temps (dialoguait), en aspect (a dialogué), et en personne-nombre (tu dialogues)..

 

 

 

 

  1. Mode, Temps, et Aspect.                      

                                  

                        FV                              Mode              Aspect            Temps

            -1-       ai pu                            IND                ACC               PC

            -2-       observer                      INF                 INAC             Æ        

            -3-       chemine                      IND                INAC             PR

            -4-       parlent                         IND                INAC             PR

            -5-       c'est                            IND                INAC             PR

            -6-       permet                         IND                INAC             PR

            -7-       traverse                       SUB                INAC             Æ

            -8-       cesse                           IND                INAC             PR

            -9-       éprouver                     INF                 INAC             Æ

            -10-     vérifier                         INF                 INAC             Æ

            -11-     est                               IND                INAC             PR

            -12-     c'est                            IND                INAC             PR

            -13-     arrivera                       IND                INAC             FUR

            -14-     pourrait avoir              IND                INAC             COND

            -15-     comprenait                  IND                INAC             IMP

            -16-     mourrait                      IND                INAC             COND

            -17-     C'est                           IND                INAC             PR

            -18-     ai vu                            IND                ACC               PC

            -19-     lisent                           IND                INAC             PR

            -20-     dialogue                      IND                INAC             PR

 

 

Exercice 2

1.   Identifiez dans le texte suivant les différentes formes verbales en justifiant, pour chaque cas, votre réponse par des critères formels.

 

2.   Dans un tableau, indiquez pour chaque forme verbale identifiée les catégories Mode, Temps et Aspect (dans l’ordre, et en suivant la succession des verbes dans le texte).

 

Peut-être tenons-nous ici une différence irréductible entre la peinture et le discours : la peinture est pleine ; la voix, au contraire, met dans le corps une distance, un creux ; toute voix est blanche, ne parvient à se colorer que par des artifices pitoyables. Il faut donc prendre à la lettre cette déclaration de Réquichot décrivant son travail, non comme un acte érotique (ce qui serait banal) mais comme un mouvement érectile et ce qui s'ensuit : « Je parle de ce rythme simple qui fait que pour moi une toile débutait lentement puis se faisait progressivement plus attachante et par un crescendo passionnant, me conduisait à l'effervescence de l'ordre de la jouissance. A ce sommet, la peinture m'abandonnait, à moins que ce ne fût moi-même, aux confins de mon pouvoir, qui lâchais prise. Si je savais alors ma peinture achevée, mon besoin de peindre ne l'était pas et ce paroxysme était suivi d'une grande déception. » L’œuvre de Réquichot est cette débandade du corps (qu'il appelle parfois, du mot même dont certains désignent la pulsion : la dérive).

Roland Barthes, L'obvie et l'obtus, Seuil, 1982 : 193.

 

Correction

- Question 2.

- tenons : Indicatif - Présent - Inaccompli – 1ère personne pluriel

- est : Indicatif - Présent - Inaccompli – 3e personne singulier

- met : Indicatif - Présent - Inaccompli - 3e personne singulier

- est : Indicatif - Présent - Inaccompli - 3e personne singulier

- parvient : Indicatif - Présent - Inaccompli - 3e personne singulier

- colorer : Infinitif - Inaccompli

- faut : Indicatif - Présent - Inaccompli - 3e personne singulier (impersonnel)

- prendre : Infinitif - Inaccompli

- décrivant : Participe - Inaccompli

- serait : Indicatif - Conditionnel - Inaccompli - 3e personne du singulier

- s'ensuit : Indicatif - Présent - Inaccompli - 3e personne singulier [verbe pronominal]

- parle : Indicatif - Présent - Inaccompli – 1ère personne singulier

- fait : Indicatif - Présent - Inaccompli - 3e personne singulier

- débutait : Indicatif - Imparfait - Inaccompli - 3e  personne singulier

- se faisait : Indicatif - Imparfait - Inaccompli - 3e personne singulier [emploi pronominal]

- conduisait : Indicatif - Imparfait - Inaccompli - 3e personne singulier

- abandonnait : Indicatif - Imparfait - Inaccompli - 3e personne singulier [s'agit d'un emploi pronominal ?? : non...]

- fût : Subjonctif - Imparfait - Inaccompli - 3e personne singulier

- lâchais : Indicatif - Imparfait - Inaccompli - 1ere personne singulier

- savais : Indicatif - Imparfait - Inaccompli – 1ère personne singulier

- peindre : Infinitif - Inaccompli

- était : Indicatif - Imparfait - Inaccompli - 3e personne singulier

- était suivi : Indicatif - Imparfait - Inaccompli - 3e personne singulier [voix passive]

- est : Indicatif - Présent - Inaccompli - 3e personne singulier

- appelle : Indicatif - Présent - Inaccompli - 3e personne singulier

- désignent : Indicatif - Présent - Inaccompli - 3e personne pluriel

 

 

 

I)                  Exercice

 

            Précisez si les séquences soulignées dans les phrases suivantes appartiennent ou non à la catégorie verbale, en justifiant vos réponses par des critères morphologiques.

 

            (1)       On peut apporter son manger tous les jours.

            (2)       Tu m'agaces !

            (3)       Finis ton travail d'abord !

            (4)       Il faut que tu viennes.

            (5)       Pouvait-il me prêter son livre ?

            (6)       Est-ce que tu vas manger tout ça ?

            (7)       Le faire serait une erreur.

            (8)       Je ne crois pas qu'il soit un bon candidat.

 

Correction

            (1)       On peut apporter son manger tous les jours.

                        Ce n'est pas une catégorie verbale, parce qu'il n'y a aucune variation en temps, Aspect, Personne/nombre.

 

            (2)       Tu m'agaces !

                        C'est une catégorie verbale, parce qu'elle peut varier en temps (agaceras, agaçais...), en aspect (as agacé), et en personne-nombre (vous m'agacez).

 

            (3)       Finis ton travail d'abord !

                        C'est une catégorie verbale parce qu'elle peut varier en aspect (aie fini) et en personne/nombre (finissez).

 

            (4)       Il faut que tu viennes.

                        - faut : c'est une catégorie verbale parce qu'elle peut varier en temps (fallait, faudra), et en aspect (a fallu).

 

                        - viennes : c'est une catégorie verbale, puisqu'elle peut varier en aspect (sois venu), et en personne/nombre (vous veniez).

 

            (5)       Pouvait-il me prêter son livre ?

                        - Pouvait : c'est une forme verbale parce qu'elle peut varier en temps (peut-il, pourra-t-il), en aspect (avait-il pu), et en personne-nombre (pouviez-vous).

 

                        - Prêter : c'est une forme verbale puisqu'elle peut connaître une variation aspectuelle (m'avoir prêté).

 

            (6)       Est-ce que tu vas manger tout ça ?

                        Manger est ici une forme verbale parce qu'elle peut varier en temps (mangeras), en aspect (as mangé), et en personne-nombre (vous allez manger).

 

            (7)       Le faire serait une erreur.

                        C'est une forme verbale puisqu'elle peut varier en aspect (l'avoir fait serait une erreur).

 

            (8)       Je ne crois pas qu'il soit un bon candidat.

                        C'est une forme verbale puisqu'elle peut varier en mode (est un bon candidat), en aspect (ait été), et en personne-nombre (ils soient, vous soyez).

 

 

 



[1] Les linguistes qui étudient les langues romanes utilisent constamment la notion de pronom clitique pour désigner une classe d’unités atones (je, tu, le…) contiguës au verbe, que ce soit devant (je le vois) ou, plus rarement, derrière (dit-il). Ils présentent la particularité d’occuper cette position indépendamment de leur fonction dans la phrase (le objet direct, par exemple, n’est pas placé en position de GN objet, après le verbe). À côté de ces clitiques compléments du verbe, il faut faire une place à d’autres (« datif éthique », « datif d’intérêt »), qui, paradoxalement, ne sont pas appelés par le verbe dont ils dépendent.

Les éléments dits clitiques ne sont pas nécessairement les traditionnels « pronoms personnels » ni même des pronoms. Il peut s’agir des sujets ce ou on, de se, des « pronoms adverbiaux » (en et y) ou du marqueur de négation ne. Ces morphèmes ne peuvent se combiner qu’entre eux :

* Je décidément ne veux aucun livre.

* Il se par malheur le dit.

En d’autres termes, un clitique ne peut être séparé du verbe que par un autre clitique.

Posté par cfoullioux à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2017

PROGRAMME

EL VERBO y SU ACTUALIZACION

1-El sintagma verbal: constituyentes.

2-El constituyente grupo verbal.

3-El constituyente  auxiliar verbal:

            I  -  La voz.

            II -  La persona.

            III -  El  tiempo.

            IV –  El modo.

            V - El aspecto.

Bi­bliografía básica: Basic references

 M.Riegel, J.C Pellat, R.Rioul (1999), Grammaire méthodique du français, (P.U.F) deuxième partie chapitres 7, 8, 9,10

 Imbs, P. (1968), L’emploi des temps verbaux en français moderne  (klincksieck)

Gosselin, L., (1996)*Sémantique de la temporalité en français  (Duculot)

 Haillet, P., (1995), le conditionnel dans le discours journalistique (Bref)

 

TRABAJOS ESCRITOS :PARCIALES

 

El objetivo del trabajo escrito que deberá realizar el alumno es la elaboración de los corpus 1 y 2 que deberá presentar, junto con la traduccion del mismo, para las 2  pruebas de evaluación: primer y segundo parcial:

Durante las horas lectiva teóricas presénciales de esta asignatura se les dará a los alumnos las bases teóricas, las pautas de estudio de la bibliografía así como todas las instrucciones necesarias para que estén perfectamente capacitados para elaborar su corpus que se elaborará en tres fases, a razón de  aproximadamente un trabajo cada 15 días.

 

El conjunto del corpus se entregara, junto con el análisis y representación del mismo el día de la prueba oral y es condición sine qua non para presentarse a dicho parcial. Los trabajos serán concebidos y corregidos por el profesor y se presentarán por mail a carolina.foullioux@uam.es, en la fecha elegida, con indice, con referencias bibliográficas precisas y sin faltas de ortografía.

Los corpus se irán corrigiendo durante las horas presénciales en concepto de prácticas y serán presentados el día:

 

PRIMER PARCIAL: CORPUS 1

 

  • 1 exemple attesté de chaque: Morphème de voix passive (être, sembler, paraître, rester, rendre) + Ø, par, de, dont, à l’idée / cause de, avec, que + Σ2, dans, Σ2) + (participe passé).
  • 1 exemple attesté de chaque: Morphème de personne: première, deuxième, troisième, quatrième, cinquième, sixième.
  • 1 exemple attesté de chaque: Morphème de temps: indivis (relatif, absolu), divis (préantérieur, antérieur, post-antérieur, actuel (+ verbe performatif), pré-postérieur, postérieur, postpostérieur) : passé antérieur, passé simple, plus-que-parfait, imparfait, conditionnel, conditionnel passé, passé composé, divers usages du présent, futur antérieur, futur + périphrases verbales. 

SEGUNDO PARCIAL: CORPUS 2

1 exemple attesté de chaque: morphème de mode

1 exemple attesté de chaque:morphème d´aspect

 

 

Posté par cfoullioux à 07:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2017

MODÈLE DE CORPUS 2

 

MODÈLE DE CORPUS 2 : MODE ET ASPECT

 

 

 

 

MORPHÈMES DE MODE :

 

A) MODE FICTIONNEL : « Il était une fois une femme qui entrait chez le dentiste avec un air un peu bizarre ».

http://www.100blagues.com/view.php?ItemID=219&PHPSESSID=3d9c3478bc1c46301fda9757d683a973

 

 

B) MODE NON FICTIONNEL :

 

- Mode du SAVOIR :

 

1) Réel Antérieur: « La maison qu'il habitait, en 1555, était occupée cinquante ans auparavant par le libraire Simon Vostre ».

http://www.textesrares.com/annu/an116.htm

 

2) Réel Actuel : « Harold est mort et je suis maintenant le roi d'Angleterre ».

http://www.thinkinghistory.co.uk/ActivityBase/JeSuisleRoi.html

 

- « Je suis le seigneur du château ».

http://en.wikipedia.org/wiki/Je_suis_le_seigneur_du_ch%C3%A2teau

 

3) Réalisable À venir (futur) : « La prochaine fois, j'achèterai une voiture verte ».

http://www.pro-environnement.com/environnement/environnement-et-technique/%C2%AB-la-prochaine-fois-j-acheterai-une-voiture-verte%E2%80%A6-juste-pour-la-couleur-!-%C2%BB-cku2eonzfdvwfhi1473.htm

 

4) Réalisable À venir (futur antérieur) : « Lorsque Sipe reviendra la semaine prochaine, j'aurai fait beaucoup de progrès ».

http://personnelise.monblogue.branchez-vous.com/2004/05/21

 

5) Réalisable À venir (présent, valeur de futur) : « Demain je retourne chez moi ».

http://pantinboasondas.blogspot.com/2008/03/demain-je-retourne-chez-moi.html

 

6) Réalisable À venir (aller + infinitif) :« Je vais travailler à Gand pour 3ans, et je cherche un appartement d'environ 40-50 m2 avec une chambre ».

http://www.justlanded.com/espanol/Belgica/Foros/Alojamiento/Recherche-de-logement-a-Gand

 

7) Réalisable Potentiel (présent + présent) : « Si tu sors, viens ici pour nous mettre d'accord ».

http://www.cucumis.org/traduccio_27_t/veure-traduccio_v_27807.html

 

8) Réalisable Potentiel (présent + futur) : « Si tu viens, je prendrai tes lèvres dès la porte ».

http://lezzone.over-blog.com/article-3321341.html

 

9) Réalisable Potentiel (imparfait + conditionnel) : « Si nous éliminions les franchises, le fonds d'assurance publique devrait payer l'équivalent en indemnités ».

http://www.mpi.mb.ca/Francais/fr_claims/fr_deductibles/fr_why.html

 

10) Irréel Antérieur :« Si je n'avais pas fait de prison, je n'aurais jamais été en mesure de faire atterrir l'avion ».

http://www.asrsq.ca/fr/salle/porte-ouverte/0403/salle_por_040303.php

 

11) Irréel Actuel :« Sans toi je ne serais rien ».

http://www.dilaurus.org/Jeutallit/poesie25.htm

 

12) Irréel Postérieur: “Gigliola es mi amor platónico, tan bella como mi mujer, si no hubiese conocido a mi esposa ella sería la única mujer que amaría”.

http://www.youtube.com/watch?v=rDM8A-fv_xM

 

 

 

-Mode de NE PAS SAVOIR :

 

1) Probable Antérieur : « Une incendie, sans doute criminel, s'est produit ce matin vers 6 h, dans la rue de Sandettie près du quartier du Chemin Vert ».

http://www.lavoixdunord.fr/actualite/L_info_en_continu/Littoral/2009/04/29/article_boulogne-incendie-sans-doute-criminel-d.shtml

 

2) Probable Actuel: « Il doit faire beau là-bas, dans ce joli pays ».

http://www.diggiloo.net/?1967fr

 

3) Probable Postérieur : « Beck est donc le troisième homme dans la valse et il ira probablement danser ailleurs ».

http://www.paperblog.fr/1810280/les-miettes-du-lundi-de-paques-michael-crabtree-byron-leftwich-john-beck-et-plus/

 

4) Possible Antérieur : « Datant de 1990, on aurait pu possiblement s'attendre à une image en mauvais état ».

http://www.dvdenfrancais.com/dvd/fr/titres/critique/3030/robocop-2

 

5) Possible Actuel : « Ils sont peut-être innocents ou bien, parmi eux, il y apeut-être des innocents ».

http://www.funredes.org/bohio/memorias/0092.html

 

6) Possible Postérieur :« Il pourra neiger au-dessus de 800 m sur les Cévennes ».

http://www.bienpublic.com/archives/article.php?a=art&num=000003378&aaaammjj=20030224&g

 

7) Altérité :« Depuis longtemps, certains comentaires spéculaient sur la création d'un Sénat dont le Président serait la deuxième personnalité de l'Etat ».

http://www.nettali.net/Le-President-du-Senat-remplace-le.html

 

 

VALEURS DU CONDITIONNEL :

1) Temporel : « Le langage résulterait d'une mutation génétique ».

http://pagesperso-orange.fr/svt.boido/docs-ts/chapitre1/langage_et_genetique.pdf

 

2) Hypothétique (=irréel) : « S'il n'y avait pas de mauvaises gens, il n'y aurait pas de bons avocats ».

http://www.dico-citations.com/s-il-n-y-avait-pas-de-mauvaises-gens-il-n-y-aurait-pas-de-bons-avocats-dickens-charles/

 

3) Altérité : « Le mobile aurait été une liaison entre la victime et une prostituée bruxelloise contrôlée par un autre proxénète albanais ».

http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml?id=569579

 

 

 

- DEVOIR DÉONTIQUE :

1)      Antérieur : « J'ai du le faire manger pendant 3 semaines sous surveillance jusqu'a ce qu'il aille mieux ».

http://mx.answers.yahoo.com/question/index?qid=20070923073435AAxiIYI

 

2)      Actuel : « Elle doit prouver son identité pour acheter des petites cuillères ».

http://www.rewmi.com/Elle-doit-prouver-son-identite-pour-acheter-des-petites-cuilleres_a17168.html

 

3)      Postérieur : « Nous devronsécrire davantage à propos de nos expériences, afin de valider la Grande Loi et d'exposer la persécution ».

http://www.vraiesagesse.net/news/0211/15/E28511_20021107_Fr.htm

 

 

-POUVOIR DÉONTIQUE :

1) Antérieur : « Un blogueur explique qu'il a puimprimer 300 à 500 pages supplémentaires ».

http://fstutzman.com/2008/08/22/brother-toner-laser-hack/

 

2) Actuel : « Un père faisant tout ce qu'il peutpour pousser son fils dans la carrière des lettres ».

http://www.davidrumsey.com/Amico/amico218635-53701.html

 

3) Postérieur : « Il pourra être utilisé à titre privé sous réserve de la retenue d'un avantage en nature et d'un accord ».

http://forum.wordreference.com/showthread.php?t=367132

 

 

-DEVOIR ÉPISTÉMIQUE :

1)      Antérieur : « À la vue du titre, vous vous dîtes surement que j'ai du être en retard au boulot et que je me suis fait engueuler !!! ».

http://cestcaquiestrigolo.spaces.live.com/

 

2)      Actuel : « Vu la position du rochet, il doit être 10 heures ».

http://www.horlogerie-suisse.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=4335&start=60

 

3)      Postérieur : « Le processus de consultations pour ce document s'est achevé le 10 mai, il devrait donc être publié au plus tard le 5 juin ».

http://new.paho.org/hq/index.php?option=com_content&task=view&id=1271&Itemid=1165&lang=fr

 

 

-POUVOIR ÉPISTEMIQUE :

1)      Antérieur : « Un barrage a pu déclencher le séisme du Sichuan ».

http://www.larecherche.fr/content/actualite/article.html?id=25041

 

2)      Actuel : « Il peutparaître incongru, voire choquant, de parler de monnaie « sociale »ou de finance « solidaire » ».

http://forum.wordreference.com/showthread.php?t=674482

 

3)      Postérieur : « C'est vraiment un ciel d'automne avec cette brume, mais si les nuages s'éloignent il pourra faire beau ».

http://chateaubriant-daily-photo.blogspot.com/2008/08/tt.html

 

 

-ALÉTHIQUES :

1) Devoir : « En 1816, dans De la Monarchie selon la Charte, il définit son idéal politique : le roi doit régner, mais non gouverner ».

http://litteranet.chez.com/html/auteurs/chateaubriand.html

 

2) Pouvoir : « Un pianiste peut jouer des pièces en soliste ou être accompagné d'un second instrumentiste pour jouer du piano à quatre mains ».

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pianiste

 

 

 

MORPHÈMES D’ASPECT :

 

-ASPECT GRAMMATICAL:

 

-INCHOATIF:

1) Commencer à / de + infinitif:« La passion des animaux sauvages commence à faire désordre à Bahreïn ».

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/sciences/20090424.SCI6212/la_passion_des_animaux_sauvages_commence_a_faire_desord.html

 

- « Je tenais à vous informer que le groupe documentation récemment constitué à commencé de travailler ».

http://drupalfr.org/node/6665

 

2) Se mettre à + inf. : « Dès la synthèse des chaînes légères, de type К ou X, la cellule В se met à exprimer des IgM de membrane ».

http://books.google.es/books?id=LNEMun6MlvcC&pg=PA36&lpg=PA36&dq=%22se+met+%C3%A0+exprimer%22&source=bl&ots=ul9mnPtw8Y&sig=b40L6Guq3wJHATlpDzpEIVpvnw4&hl=es&ei=i0ApStarNYq5jAfAyJWACw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=7

 

3) Prendre l’initiative de + inf. : « À la suite d'un séjour à Caux, un ancien militant de la guérilla somalienne, exilé en Europe, surmonte ses ressentiments et prend l'initiative de renouer avec son ancien chef de guerre qui l'avait pourtant emprisonné pendant un an ».

http://www.caux.ch/fr/guerir-blessures-histoire

 

 

-DURATIF :

1) Prendre son temps pour + inf. : « Sony Ericsson prend son temps pour créer un smartphone à base d'Android ».

http://www.businessmobile.fr/actualites/services/0,39044303,39392914,00.htm

 

2) Être en train de + inf. : « Washington savait qu'un tsunami mortel était en train dese former dans l'océan ».

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=1572

 

3) Être en voie de + inf. : « L'Algérie est en voie de lancer un second système satellitaire ».

http://www.scidev.net/fr/new-technologies/space-technology/news/l-alg-rie-est-en-voie-de-lancer-un-second-syst-me-.html

 

4) Être après à + inf. : « Ce jourd'hui, 28 décembre 1610, est arrivé un courrier de Séville où est le marquis de Saint-Germain, qui est après à faire trouver vaisseaux pour quelques Morisques d'Andalousie qui désirent passer en France ».

http://www.dicocitations.com/citation_littre.php?mot=Seville

 

5) Être après + inf. : « Et notamment, ce sur quoi on est après travailler et tantôt, peut-être que M. Jean pourra donner plus de détails sur l'évolution des projets ».

http://www.assnat.qc.ca/fra/39Legislature1/DEBATS/epreuve/cte/090424/1130.htm

 

 

-CONTINUATIF :

1) Rester à + inf. : « Du côté positif il me reste à dire que Kate Winslet gagne de la beauté lorsqu'elle vieillit ».

http://mllediff.blogspot.com/2009_03_01_archive.html

 

2) Continuer à + inf. : « Je continue à lire Bilal, sur la route des clandestins ».

http://alainlecomte.blog.lemonde.fr/2008/07/31/je-continue-a-lire-bilal-sur-la-route-des-clandestins/

 

3) Être encore à + inf. : « La suite de cette histoire est encore à écrire... A suivre donc ».

http://www.usmfoot.ch/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=35&Itemid=55

 

4) Ne pas finir de + inf. : « Quand on n'a pas fini de manger, on dispose ses couverts sur l'assiette sans les croiser et sans toucher la nappe ».

http://www.essor.gov.ml/jour/cgi-bin/view_article.pl?id=20793

 

5) S’exténuer à + inf. : « Depuis le temps qu'on s'exténue à discuter, il faudrait peut-être arriver à faire respecter les règles de société et sévir un peu ».

http://forum.doctissimo.fr/viepratique/Actualites/suite-discussion-flics-sujet_4092_2.htm

 

6) Toujours : « Ici, on est toujours en train d'écrire sur cette réalité qui vous aspire ».

http://www.lemonde.fr/cgibin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1074080

 

7) Encore : « Il est encore trop tôt pour arriver à la conclusion que l'Irak possède ou non des armes de destruction massive ».

http://french.peopledaily.com.cn/french/200301/22/fra20030122_59171.html

 

 

-PROGRESSIF :

1) Devenir + adj. : « C'est en célébrant qu'on devientcélèbre ».

http://www.jamendo.com/es/album/4098

 

2) Se faire + adj. : « Oui, je suis là, mais je me fais toute petite pour que tu ne remarques pas ma présence et que tu me demandes où sont les photos ».

http://www.skyscrapercity.com/showthread.php?t=755872

 

3) S’en aller + part. présent : « Mais le sentier des justes est comme la lumière resplendissante qui va croissant jusqu'à ce que le plein jour soit établi ».

http://scripturetext.com/proverbs/4-18.htm

 

4) Peu à peu : « L'iPhone version 2 dévoile peu à peuses nouvelles fonctionnalités ».

http://www.businessmobile.fr/actualites/services/0,39044303,39380461,00.htm

 

5) De plus en plus : « Les talibans mènent des attaques de plus en plus nombreuses et systématiques contre des civils ».

http://www.amnesty.org/fr/library/asset/ASA11/002/2007/fr/eb898f6b-d39d-11dd-a329-2f46302a8cc6/asa110022007es.html

 

6) L’un après l’autre : « L'âme produit ses actes l'un après l'autre, dans une succession toujours variée ».

http://www.maphilo.net/citations.php?cit=6898

 

7) Progressivement : « Le garçon naïf, craintif et sensible, se transforme progressivement en homme plein de qualités? ».

http://ar.answers.yahoo.com/question/index?qid=20070124182755AAfBOyz

 

8) À vue d’œil : « J’ai grossi à vue d'œil, que se passe t'il ? ».

http://forum.aufeminin.com/forum/sante3/__f892_sante3-Je-grossi-a-vue-d-oeil-que-se-passe-t-il.html

 

 

-ITÉRATIF :

1) Recommencer à / de + inf. : « Rachida Dati recommence à travailler aujourd'hui, 5 jours après sa césarienne ».

http://www.lesquotidiennes.com/soci%C3%A9t%C3%A9/rachida-dati-recommence-%C3%A0-travailler-aujourd039hui-5-jours-apr%C3%A8s-sa-c%C3%A9sarienne.html

 

- « En conséquence, même lorsque la production a recommencé de s'accroître, les effets préjudiciables des activités industrielles sur l'environnement ont diminué ».

http://books.google.com/books?id=_VCi38bgUiYC&pg=PA147&lpg=PA147&dq=%22recommence+de%22&source=bl&ots=613wyjQz16&sig=B2xz8_mXdGk3l-M6RAmy-j7SXRo&hl=es&ei=TlwpSsExh9SMB8zi_eYK&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1

 

2) Mettre son temps à + inf. : « L'enquête qui met son temps à démarrer n'est pas pour moi un défaut ».

http://forum.playfrance.com/pf/Les-Autres-Consoles/shenmue-sujet_58950_1.htm

 

3) S’occuper à + inf. : « Dans ses loisirs le colonel Tremblay s'occupe à faire de la musique et du chant choral ».

http://www.army.dnd.ca/51SERVICE_BATTALION/hono1.aspx

 

4) Être toujours à + inf. : « Le syndicalisme est toujoursà réinventer ! ».

http://www.infocit.com/livres-sud-union-syndicale-solidaires-annick-coupe/5759168568.aspx

 

5) Se remettre à + inf. : « C'est durant cette période que Fred Oscar se remet à exercer son talent de song writer sous le pseudonyme de «Monsieur13 » ».

http://www.jamendo.com/es/artist/fred.oscar

 

6) Avoir beau + négation + inf. : « Oui, mais quand on est dans le quartier, on n'a beau s'en douter (et travailler pour la concurrence pile en face) ».

http://www.mrlung.com/2007/03/05/les-champs-elysees-dejeuner-au-drugstore-publicis/

 

 

-PONCTUEL :

1) Une seule fois : « Je ne suis malheureusement allé qu'une seule fois au Togo ».

http://www.letogolais.com/article.html?nid=3542

 

2) Passé simple : « Le lendemain, il alla consulter un médecin aliéniste qui ne put rien dire de précis, sinon qu'il ne demandait pas mieux que de l'enfermer ».

http://www.dicocitations.com/citations/citation-81449.php

 

 

 

-CONCLUSSIF :

1) Finir par + inf. : « J'ai été pris du fou rire nerveux que finit par provoquer une accumulation de catastrophes lorsque, après un dernier coup du sort, on décide de le traiter comme une plaisanterie ».

http://forum.wordreference.com/showthread.php?t=1384475

 

2) Finir de + inf. : « Fini de pleurer. Je n'ai plus de regret, je voudrais chanter ».

http://blog.seniorennet.be/oldies_lyrics_scrapbook/archief.php?ID=159655

 

 

 

-ASPECT LEXICAL :

1) Augmenter : « Le ministère de l'agriculture augmente sa subvention pour l'acquisition de matériel agricole ».

http://www.echoroukonline.com/fra/index.php?news=4450

 

2) Commencer : « La répression a commencédans les villes de Birmanie ».

http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2315781&rubId=1094

 

3) Jaunir : « Est ce que le thé vert jaunit les dents ? ».

http://www.holala.ch/questions/conseils-beaute/5280.html

 

 

 

-ASPECT TEMPOREL :

 

- Non accompli :

 

1) Duratif : « J'aime mon mari comme au premier jour ».

http://forum.aufeminin.com/forum/actu1/__f64682_actu1-J-aime-mon-mari-comme-au-premier-jour.html

 

2) Habituel : « Je prends le bus à 7h10 pour arriver en cours à 8heures ».

http://www.weblettres.net/blogs/article.php?w=capdebonneesper&e_id=10556

 

 

-Accompli :

 

1) Résultatif : « Il est allé jusqu'à donner sa vie pour la population afghane ».

http://www.cyberpresse.ca/le-quotidien/le-quotidien-du-jour/200903/13/01-836417-dany-olivier-est-alle-au-bout-de-lui-meme.php

 

2) Perfectif : 

2.1) Passé composé : « Elle est morte le 14 juin après avoir pris pour avorter du Miféprex ».

http://www.trdd.org/BU0601BS.HTM

 

2.2) Passé simple : « Je marchai longtemps; enfin, je pensais que j'avais assez fait et que je pouvais, sans remords de conscience, céder à la fatigue qui m'accablait ».

http://books.google.com/books?id=ZuUYtXopq10C&pg=PA410&lpg=PA410&dq=%22je+marchai%22&source=bl&ots=XGHNdpOzKw&sig=koRHJbJN6mDwoCif_m7sa_SKo0k&hl=es&ei=TGQpSv3zBpTMjAelxfzqCg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=10

 

2.3) Plus-que-parfait : « J'étais arrivé à une conclusion similaire en disant que "l'œuvre  existe mais le chef-d'œuvre n'existe que dans l'œil du spectateur ».

 http://jacquescauda.canalblog.com/archives/2008/07/23/10012374.html

 

2.4) Futur antérieur : « Si j'avais eu un autre commis, il aurait terminé cette affaire depuis longtemps ».

http://books.google.com/books?id=BYASAAAAIAAJ&pg=PA88&lpg=PA88&dq=%22il+aurait+termin%C3%A9%22&source=bl&ots=clUcn9QsWn&sig=66OIevpAU5uUM-e92OIVWPoRrrA&hl=es&ei=I2cpSpLSJaWQjAf5ra3dCg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SOMMAIRE :

  • Morphèmes de Mode :

         A) Mode Fictionnel………………………………………………………………1

         B) Mode Non Fictionnel

            - Mode du Savoir………………………………………………………………1

            - Mode de Ne Pas Savoir………………………………………………………2

  • Valeurs du Conditionnel……………………………………………………….3
  • Devoir et Pouvoir Déontiques………………………………………………….3
  • Devoir et Pouvoir Épistémiques………………………………………………..3
  • Aléthiques………………………………………………………………………4

 

  • Morphèmes d’Aspect

         -Aspect Grammatical

             -Inchoatif………………………………………………………………………4

             -Duratif………………………………………………………………………...5

             -Continuatif…………………………………………………………………….5

             -Progressif………………………………………………………………………6

             -Itératif………………………………………………………………………….7

             -Ponctuel………………………………………………………………………..7

             -Conclussif……………………………………………………………………....8

       -Aspect Lexical……………………………………………………………………...8

       -Aspect Temporel

             -Non Accompli………………………………………………………………….8

             -Accompli……………………………………………………………………….8

 

BIBLIOGRAPHIE :

-          Bibliographie indiquée sous chaque exemple attesté.

 

Posté par cfoullioux à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2017

MODÈLE DE CORPUS 1

MODÈLE   CORPUS1              LA   VOIX PASSIVE

Morphème de voix passive

 

-          Être + participe passé

Le musée est ouvert tous les jours de  9h à 18h, sauf le mardi et les jours fériés suivants: le 1er janvier, le 1er mardi et le 25 décembre

www.louvre.fr/lv/pratique/horaires.jsp

 

 

-          Être + par + participe passé

La plupart des parents sont largués par le net; et un paquet de mômes….

www.universfreebox.com/article11246.html

 

-          Être + de + participe passé

Chaque semaine le panier est composé de la récolte de la semaine; son contenu varie donc d´une semaine sur l´autre….

www.ecorelaisdeletoile.over-blog.fr/.../le _panier_hebdomadaire-1810848.html

 

 

-          Être + dont + participe passé

Amoureux fou de la première, le roi, dont le trône est encore inestable, se montre disposé à l´épouser…

www.herodote.net/histoire/synthese.php?ID=504&ID

 

 

-          Être + à l´idée + participe passé

Je suis horrifiée à l´idée de faire mal à quelqu´un

forum.aufemin.com>….>psycologie&comportements

 

 

-          Être + à cause de + participe passé

À cause de toi, j´ai été ridiculisée

www.fanfiction.net>books>twilight

 

 

 

 

 

-          Être + avec + participe passé

La maison est construite avec une ossature en brique thermo Pierre

www.ecop-habitat.fr/

 

 

-          Être + que + E2 participe passé

Je suis etonnée qu´elle ne m´ait pas supprimée comme un spam, c´est cool de sa part.

www.madmoizelle.com>...>forumbeauté

 

 

-          Être + dans + participe passé

L´actrice Anémone, 60 ans, a été blessée à un bras, dans un accident de la route, dans la nuit de mercredi à  jeudi….

Ici.tf1.fr/…./anemone-blesse-dans-un-accident-de-voiture-6129515.html

< La actriz Anémone, 60 años, ha sido herida en un brazo, en accidente de tráfico, la noche del miércoles al jueves…

 

-          Sembler + participe passé

L´Algérie semble paralysée face à son , titre du livre de Maurice Tarik Maschino.

www.altersexualité.com>Altersexualité

, título del libro de Maurice Tarik Maschino.

 

-          Sembler + par + participe passé

Louise semble paralysée par la difficulté

www.ia43.ac-clermont.fr/site.../IMG/pdf/memoire_rituels_en_clis.pdf

 

 

-          Sembler de + participe passé

À jaser avec eux, ils semblent frustrés de l´attitude des gens qui envahissent leur île…..

www.triathlonquebec.org/nouvelles_voir.asp?id=791..

 

 

-          Sembler + don + participe passé

Sans nul doute Marie-Thérèse Colimon-Hall aurait-elle souhaite que nous attardions beaucoup plus sur cet autre visage d´elle –même plus intime, beaucoup plus personnel, en dépit de l´esprit d´engagement dont il semble, par endroits, animé, celui de la femme de lettres.

www.jasminenarcisse.com/.../03_marie-therese.html

 

 

 

 

-          Sembler + à l´idée de + participe passé

Fabrice, le journaliste, soudain semble paralysé à l´idée d´un reportage au Senegal…

www.telerama.fr/cinema/..../quand-on-sera-grand.53947.php

<Fabrice, el periodista, de repente parece paralizado ante la idea de un reportaje en Senegal>

 

-          Sembler + à cause de + participe passé

Il nous a semblé vexé certains clients à cause du bruit

www.tripadvisor.fr/hotel_Review-g274967-d290562-Reviews-Hotel-Man-Tess-Riga.html

 

 

-          Sembler + avec + participe passé

La maison de retraite semble débordée avec elle (elle donne des coups depuis deux mois et la visite chez le gériatre)

www.atoute.org/n/forum/showthread.php?

 

 

-          Sembler + que + E2 + participa passé

Pourquoi tout le monde semble étonné qu´il y ait régulièrement des crises financières?

Fr.answers.yahoo.com/question/index?qid

 

 

-          Sembler + dans + participe passé

En Haïti, Petit-Groave semble oubliée dans son Malheur

www.la-croix.com/En-Haiti-Petit-Goave-semble-oubliee-dans-son-malheur/.../4077 -

 

 

-          Paraître + participe passé

Très jolie ensemble, collier très bien assorti, et même si elle paraît fatigue, je trouve la princesse très en beauté, la sobriété lui va….

www.noblesseetroyautes.com/..../felipe-et-letizia-despagne-a-la-remise-du-prix-de-linventeur-europeen-de-lannee

 

-          Paraître + par + participe passé

En Californie, il paraît déçu par le cagisme ambiant et la manière dont les jeunes universitaires conçoivent l´improvisation.

Books.google.fr/books?isbn=2870098286

 

 

-          Paraître + de + participe passé

Ils paraissent fatigués de leur voyage…

Matholene.uniterre.com/C%2BMalaise%2BTaman%2BNegara/

 

 

-          Paraître + dont + participe passé

C´est d´après ce programme que paraissent avoir été construites les maisons dont nous donnons ici les copies…

Fr.wikisource.org/…Dictionnaire_raisonné_de_l´architecture_française_du_XIe_siècle_Tome_6_Maison

 

 

 

 

-          Paraître + à l´idée de + participe passé

Au point de vue moral encore, le mal paraît logiquement lié à l´idée même d´une vie morale

www.cosmovisions.com/optimisme.htm

 

 

-          Paraître +  avec + participe passé

-          Paraître + que + E2

Observateur muet des agitations du monde, il paraît étonné que le digne professeur Rath ne se reconnaisse pas en lui

www.euroschool.lu/luxschool/cine.../blaue_engel_1.doc

 

 

-          Paraître + dans + participe passé

Toute la vie de Toopkai s´organisait autour des quatre cours entourées d´une succession complexe de bâtiments qui, aux yeux des touristes, paraissent construits dans le plus grand désordre.

www.tresorslegendaires.com/les_tresors_de_topkapi_615.htm

 

 

-          Rester + participe passé

Un danger se présente devant lui. Il veut fuir, mais il reste paralysé, aucun de ses membres ne veut bouger….

Tristan.moir.free/…/interpretation_des_reves_dictionnaire.php?

 

-          Rester + par + participe passé

Le trafic SNCM vers la Corse reste paralysé par une grève

www.rmc.fr>info>France

 

 

 

-          Rester + de + participe passé

Le médecin reste étonné de notre condition physique

www.myspace.com/alancote/blog

 

 

-          Rester + dont + participe passé

-          Rester + à l´idée + participe passé

-          Rester + à cause de + participe passé

 

 

 

-          Rester + que + E2 + participe passé

Je reste étonné que ce problème n´ait jamais été abordé dans les revues

www.tout-electromenager.fr/forum_lecture-1584-3-53.html

 

 

-          Rester + avec + participe passé

-          Rendre + participe passé

Cette décision rend validé son permis de construire

www.islamenfrance.fr/../le-tribunal-administratif-de-grenoble-rend-valide-la-construction-de-la-mosquée-dannecy

 

 

-          Rendre + par + participe passé

Cette discipline à un côté spectaculaire, artistique et ludique qui la rend très appréciée par le public

www.bergers-australiens.net/activités.htm

 

-          rendre + de + participe passé

il est aujourd´hui l´un des fruits les plus communs de Tahiti et ses îles, mais son acidité le rend peut apprécié des Tahitiens qui contiennent à lui préférer.

 www.letahititraveler.com/.../fruitsveg.asp -

 

 

 

 

 

MODÈLE CORPUS 1      LA PERSONNE

Morphème de personne

 

-          Première personne

Je suis heureuse de retrouver mon pays libre

Ici+tf1.fr/…/clothilde-reiss-je-suis-heureuse-de-retrouver-mon-pays-libre.5854190html

 

-          Deuxième personne

Oh toi, tu vas avoir des problèmes

www.turboard.com>insolite

< Tú, vas a tener problemas>

 

-          Troisième personne

Il est important de noter que lorsqu´un fichier est inclue ou requière les erreurs d´analyse, apparaîtront en HTML tout ou début du fichier….

www.manuelphp.com/.../function.incluide

 

 

-          Quatrième personne

Nous finissons toujours par avoir le visage de nos vérités

www.dico-citations.com/nous-finissons-toujours-par-avoir-le-visage-d-nos-v-rit-s-camus-albert/

 

-          Cinquième personne

Vous pouvez consultez le tableau dans le Jo nº 176 du 01/08/2007 texte numéro 1

www.legifrance.gouv.fr/affichtexte.do?

 

-          Quand ils sont ensembles leBron et Wande sont catastrophiques

Basketsession.com/t-mac”quand-ils-sont-ensembles-lebron-et-wade-sont-catasatrophiques/

 

 

 

 

MODÈLE CORPUS 1     LE TEMPS

 

Morphème de temps

 

-          Indivis

      Relatif

Le chagrin est comme un grand trésor: on ne s´en ouvre qu`à ses intimes.

Proverbe Malgache / www.proverbes-citations.com

 Loin des yeux loin du cœur

Proverbe  

 

     Absolu

L´homme est un animal comme les autres.

www.evene.fr/citations/.../animaux-animal.php

 

Une planète est un corps céleste orbitant autour du soleil.

Fr.wikipedia.org/wiki/Planète

 

 

 

 

-          Divis

Pré-antérieur

Tigana le voulait déjà quand il couchait Fulham Bordeaux sur les traces de Meghni….

Algerie360.com

 

                Antérieur

-          Passé composé / Passé simple / Imparfait

Il s´est enfuit sans rien demander

Pour ne pas me montrer qu´il m´aimait

Il parti comme il était venu. Et pour toujours il a disparu.

www.youtube.com/watch?V=jVTSJZajUhU

<Huyó sin pedir nada

Para no mostrar que me amaba

Marchó como había venido. Y para siempre desapareció.

-          Présent historique

Apollo 11, est la première mission spatiale à avoir conduit des êtres humains sur la Lune.

Mediatheque.ville-bagnolet.fr/2/21-juillet-1969-premiers-pas-de-html

 

Le 20 juillet 1969, Armstrong et Aldrim deviennent les premiers homes à marcher sur la lune.

Fr.wikipedia.org/wiki/Apollo_11

 

-          Venir de + infinitive

Le véhicule que je viens d´acheter est en panne mais les pièces de recharge ne sont plus fabriquées.

www.leparticulier.fr/.../

 

-          Revenir de + infinitif

C´est au peuple libyen qu´il revient de décider de son avenir.

www.lepost.fr/.../2416807

 

               

Post-Antérieur

 

-          Être sur le point d´arriver en imparfait + infinitif

J´étais sur le point de sortir quand quelqu´un a chuchoté à mon oreille

Starbucks_twilifht.skyrock.com>suite

 

-          Aller en imparfait + infinitif

J´étais toute contente quand on m´a dit que j´allais partir, je croyais que j´allais revoir maman. Mais non!

Bgromans.free.fr/textes/14_chap1.htm

 

-          Conditionnel temporel

Et là,  il  m´a dit qu´il ne viendrait pas parce qu´il savait….

Sante-medecine.commentcamarche.net/…./affich_1641158-j´ai-besoin-de-comprendre

 

-          Actuel + verbe performatif

Bon, d´accord tout monde m´a découvert, mais je promets de ne plus faire de tropique méchant..(Zone ados)

www.comlive.net/je-promets-de-me-tenir-sage,35917htm

<Bien, de acuerdo, todo el mundo me ha descubierto, pero prometo no hacer ya  trópico malo…>

Je promets de ne jamais télécharger illégalement un film.

www.my-os.net/blog/index.php?2011/03/je-promets

 

                Pré-postérieur

Mais aussi longtemps que je rencontrerais [ ….] Je pense qu´il y aura encore de nombreux MGS mais où je ne serais pas forcément très impliqué.

www.metalgeardsolid.be/interview-hideo-kojima-japan-expo-mgs-n-est-pas-fini-156.html

<Pero,  hace también  mucho tiempo que te encontraría[….] pienso que habrá aun muchos MGS pero donde no estaría forzosamente implicado>

                Post- antérieur

 

 

-          Passé- Antérieur

Dès que j´ai fini de penser, le tremblement de terre était terminé…

www.expatchic.com/index.php?option...id

 

                Postérieur

 

-          Futur

 

Dans deux jours, il connaîtra le coupable de ses ennuis.

www.centerblog.net/.../336573_46 dans-deux-jours-il-connaîtra-le-coupable-de-ses-ennuis

 

 

Futur + périphrases verbales

 

-          Aller + infinitif

 

Présent

Je vais te chercher partout, je vais te chercher à vie,

 je vais te garder, et te crier comme je t´ai aimé

plateapntic.mec.es/cvera/hotpot/badi1.htm

 

Voy a cuidarte, y aclamarte como te he amado>

 

Futur

J´irai voir la Mer à vélo

www.amazon.fr>....>photographie

<Iré a ver el mar en bici>

                Se préparer + infinitif

Douze jeunes du Club Alpin de Montmélian se préparent à partir à la remonte des grimpeurs de Siby.

www.jeunes.solidaires73.net/index.php/page/2

 

                Post-postérieur

 

(Subordonnée)

Un jour je viendrai te chercher quand ton heure sera venue…

www.forum-algerie.com/...../27848-quand-perd-quelqu´un-4.html

 

 

-          Être sur le point de + infinitif en future

31 oct.2010, je serai sur le point de rentrer chez moi.

www.italien-facile.com/cgi2/myexam/voir.php?id=43494

 

 

On m´y présentera des hommes, et quand je serai sur le point de les aider, ils seront engloutis sous mes yeux. Je dirais alors “Seigneur!”

Quram-al-shia.org/fr/shia/imammat /8.htm

Entonces yo diré “Señor”!>

 

                Présent

 

Quand une femme dit je ne t´aime plus, c´est définitive

Forum.aufemin.com/…./_f9718_f343

 

Quand une femme du monde dit non, cela veut dire peut-être;

Quand elle dit peut-être, cela veut dire oui; et quand elle dit oui, ce n´est pas une femme du monde.

www.dico-citations.com

 

Cuando dice quizá, quiere decir si; y cuando dice sí, no es una mujer de mundo.>

 

 

 

Posté par cfoullioux à 21:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]